« Regardez l’exemple de Boumsong, de Patrice Nouma… ils ont rêvé de jouer pour la France… »

A moins de trois mois du coup d’envoi du mondial, Brésil 2014, la piste des binationaux sollicités pour renforcer l’effectif du Cameroun en coupe du monde semble se refermer.

 « Tous ont donné leur accord de principe. Les documents administratifs sont apprêtés. Nous les avons relancés il y a quelques jours pour avoir le oui qui devrait nous permettre de conclure la procédure. Ils nous ont encore demandé de patienter, qu’Ils n’ont pas fini de réfléchir. Nous en sommes là, on attend » A confié sous anonymat à footafrica365 un des émissaires mandaté par le Cameroun pour convaincre ces jeunes d’arborer la tunique vert-rouge-jaune du Cameroun. Ces ambassadeurs du pays outre-manche avaient pourtant manifesté l’envie d’évoluer pour leur pays d’origine. Et, les procédures pour leur retour ont été enclenchées. Que s’est-il passé entre-temps ? Nous ne saurons répondre avec exactitude. Cependant, des indiscrétions font état de ce que les français  admiratifs du talent de ces jeunes leur auraient fait une meilleure offre.

« L’équipe nationale de football du Cameroun a besoin de ses meilleures forces ». Tel est le point de vue que soutiennent plusieurs acteurs du football au pays des Lions Indomptables. C’est dans l’optique de remmener dans la tanière toutes les meilleures armes du pays que, les noms de Paul-Georges Ntep, Axel Ngando, Jean-Christophe Bahebeck et Samuel Umtiti tous internationaux français (U20) d’origine camerounaise sont évoqués.

Talentueux et pétris d’expérience, ces derniers sont sollicités pour renforcer les différents compartiments (attaque, défense et milieu de terrain) de l’équipe nationale de football fanion du Cameroun. Le président du Comité National de Normalisation du football camerounais a fait du retour de ces étoiles montantes du football mondial dans la tanière des quadruples champions d’Afrique sa priorité. L’enseignant de droit qu’il est a d’ailleurs trouvé en son temps des mots pour interpeller ces jeunes dont le cœur balance toujours entre : le Cameroun, leur pays d’origine et leur pays d’adoption, la France. « Regardez l’exemple de Boumsong, de Patrick Nouma… ils ont rêvé de jouer pour la France… » Un discours qui n’aurait pas suffi pour forcer la décision de ces jeunes footballeurs qui ont  pour la plupart glanée un titre de champion du monde avec les bleuets.

Aurelien Chedjou; bouc émissaire d’une débâcle

Nicolas Alnoudji s’engage avec Bamboutos club de Mbouda

Share This