Pour Roger Noah, certains présidents de clubs sont responsables de la crise qui secoue actuellement le football camerounais. Non sans se désolidariser de la meute qui souhaite le départ du président de la LFPC, le président de Fortuna dénonce.

Je n’étais pas à Mbankomo, je ne suis pas allé. Je ne suis pas manipulable, je refuse la manipulation. Certains pseudo-présidents de clubs ou les employés de certaines équipes, qu’ils arrêtent de manipuler les camerounais. Je suis arrivé en 2016 à la ligue de football professionnel. J’ai trouvé certains présidents de club au conseil d’administration de la ligue qui émargeaient 400.000 francs chacun. Ils émargeaient dans les commissions en tant que membre du conseil d’administration. Certains d’entre eux étaient présidents de commissions. Quand la fédération a décidé de retirer le fonctionnement de la ligue, j’étais parmi ceux qui disaient que ça a été une erreur. Malheureusement, ça a été monté de toutes pièces par les présidents de clubs. Certains présidents de clubs sont responsables de tout ce qui se passe dans notre football aujourd’hui parce que depuis deux semaines que nous parlons, ni Semengue, ni Njoya, ni Alim Konaté, personne n’est propriétaire de club,” a-t-il balancé.

CAN 2017 : SEBASTIEN SIANI RACONTE UN ÉPISODE

SOUDAN DU SUD : NARCISSE TINKEU DANS LES RANGS

Share This