Enfoui dans un vieux régime d’amateurisme, le football camerounais a du mal à se moderniser. Le mercato fonctionne toujours comme à l’époque des fossiles. Tout se passe partout, dans un « black-out total ». Et pourtant, là où se déroule le vrai marché des transferts, tout se déroule dans la clairvoyance et selon un timing bien précis.

Tout est officiel. Des informations claires, sont rendues publiques quand un joueur quitte un club pour un autre. La direction du club, informe le monde sportif, de son transfert, du montant des indemnités, du nombre de saison qu’il doit passer en club. Bref de la date de la signature du contrat. Et ce jour, tous les journalistes sont au rendez-vous. Puisque la signature est assortie d’une conférence de presse. C’est pendant ces moments que ces derniers ainsi que les fans, sont informés du numéro que leur future recrue va désormais porter. Chez le blanc, comme nous aimons affectueusement dire, c’est ainsi que le mercato, se passe. Mais chez nous, c’est le flou artistique. Le marché noir. Il est difficile de savoir en début de championnat qui joue où et comment s’est déroulé son transfert ?
Comment peut-on bomber notre torse d’être une très grande nation de football et garder secret, toutes les informations liées au transfert d’un joueur. Il n’y a pas que les joueurs, même les entraîneurs, ne sont pas en marge. Même si l’un comme l’autre est recruté au coin de la rue, il va falloir que les choses se passent comme dans le milieu du football moderne.
Au Cameroun, l’heure est venue de lever un pan de voile sur ces pratiques obscures. Sur cette complicité séculaire entre présidents de club, joueurs et entraîneurs. Ce début de championnat, le meilleur club ne sera pas seulement celui qui a les moyens, les meilleurs joueurs, le meilleur staff technique, mais celui qui aura rendu publique, toutes les informations utiles concernant ses joueurs et ses entraîneurs. C’est-à-dire le montant du transfert, le salaire mensuel, et le nombre de saison à passer au sein du club.
De telles informations, permettront de savoir le joueur ou l’entraîneur de l’Elite 1 ou 2 le mieux payé, le meilleur transfert de la saison. Des informations indispensables pour le public sportif. Qui sera donc, le premier club Camerounais à le faire ? Là c’est la question.

Chronique : La soif du foot

France : Ganago dans le top 10 des plus jeunes buteurs étrangers de la Ligue 1

Share This