Journaliste spécialiste du football féminin, elle évalue les chances de qualification des Lionnes face à l’Ethiopie, le mardi 3 septembre au Stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

Quelle lecture faites-vous du match Cameroun-Ethiopie du 3 septembre à Yaoundé ?

Ce sera un match difficile mais au vu de l’effectif actuel, Alain Djeumfa a la qualification pour le prochain tour entre ses mains. Contrairement au match aller, on a enregistré l’arrivée de plusieurs filles qui mettent la tanière en confiance, notamment Nchout Njoya Ajara qui actuellement a le vent en poupe et qui certainement voudra tout donner pour avoir les faveurs du public parce qu’elle en a vraiment besoin pour battre campagne. En ligne de mire, il y a le ballon d’or africain. N’oublions pas également qu’elle est nominée au prix Puskas dont le vainqueur sera connu en septembre prochain. Peu importe la manière, même si ce sont les filles qui se connaissent, le fait de ne pas préparer la rencontre comme il se doit est un handicap. Mais le match retour c’est au Cameroun. Avantage aux huitièmes de finaliste du Mondial France 2019.

Le match nul concédé en Ethiopie (1-1) est-il compromettant ?

Le match nul de l’aller n’est pas compromettant parce que l’Ethiopie a aussi encaissé. Comme je le disais, l’effectif est intéressant, contrairement au match aller. Et le Cameroun joue à domicile. Perdre à domicile devant ses supporters serait vraiment un gros échec. Faire un nul à Yaoundé avec une équipe qui actuellement est 146ème au classement mondial contrairement au Cameroun qui a le vent en poupe serait aussi un mauvais résultat. L’Ethiopie ne fait pas le poids devant le Cameroun et surtout à domicile. Et surtout, un but partout à l’extérieur, sans son groupe et sans une préparation véritable – n’oublions pas que certaines filles sont arrivées un jour avant la rencontre, notamment Aboudi Onguene, Estelle Johnson qui étaient  encore en clubs – n’est pas mauvais. Le climat en plus en Ethiopie n’était pas propice à ces joueuses-là. Elles sont allées une semaine avant mais maintenant, ce sera au Cameroun, à Yaoundé, à Mfandena, un stade qu’elles connaissent bien. On espère véritablement qu’il y aura le public derrière elles, elles en auront besoin. Il leur en faut pour cette rencontre du 3 septembre. L’effectif est intéressant, il est étoffé, le Cameroun a tout pour se qualifier face à l’Ethiopie qui, face aux Lionnes est un outsider.

Que pensez-vous de leur préparation ?

Leur préparation est comme toujours. On ne va plus s’étonner puisque c’est comme cela que ça se passe au Cameroun. Heureusement qu’on a évité le pire en faisant match nul à l’aller. D’aucuns diront que c’est l’Ethiopie, 146ème mondial mais les conditions de préparation ne sont pas bonnes. N’oublions pas qu’il y a un savant dosage de jeunes joueuses et de joueuses expérimentées qui avait été fait par Alain Djeumfa. C’est vrai que les joueuses sur le terrain se connaissaient mieux sous l’ère Ndoko. Avec Alain Djeumfa, ce n’est pas forcément les cas, chaque coach a son système. Ce n’est pas évident. Maintenant, il a ses filles sous la main. Ce sont les filles qui connaissent le haut niveau, qui sont des professionnelles. Heureusement, certaines se préparent déjà en clubs. Même si la préparation était un peu biaisée, on va compter sur les matches que certaines ont entre les jambes en clubs pour pouvoir mieux jouer face à la formation éthiopienne. Je pense qu’Alain Djeumfa va aligner certainement les filles qui ont l’habitude de jouer ensemble. Mais ça va dépendre aussi de lui. Pour leur préparation, elle est égale à elle-même parce qu’au Cameroun, on ne peut pas véritablement parler de préparation quand on parle de qualification pour les Jeux Olympiques. Mais je l’ai dit tantôt, ce sont des filles qui maitrisent le haut niveau. Donc, ce ne sera pas un problème pour elles. Il y a des filles qui évoluent déjà en clubs : Ajara, Aboudi. Bref, l’équipe à 80% a les matches dans les jambes. Donc, ça va aller, pour moi.

Que faut-il à Alain Djeumfa pour sécuriser la victoire à Yaoundé ?

C’est évident ! Puisqu’il n’y a pas eu véritablement de préparation, je pense qu’il fera en majorité avec celles qu’il maitrise actuellement. C’est vrai qu’actuellement, il y a un peu de jeunes joueuses à l’intérieur. Mais il va faire avec celles qu’il maitrise parce que le match aller a déçu les fans des Lionnes indomptables du Cameroun qui reverront l’équipe pour la première fois après les huitièmes de finale du Mondial français 2019. Ce qu’il faut à Alain Djeumfa, c’est d’utiliser les filles qu’il maitrise véritablement parce que quand on joue au Cameroun devant un public très exigeant, il faut absolument la victoire. Il y aura certainement Nchout Njoya, Aboudi Onguene, Michaela Abam, Raissa Feudjio, Estelle Johnson, Phalonne Meffoumetou… Il y a beaucoup de joueuses qui n’étaient pas là au match aller qui seront là parce qu’il faut la victoire pour un peu masquer le match nul de l’aller. Seules les lionnes savent ce qu’elles ont vécu là-bas parce que l’Ethiopie c’est très difficile aussi et la préparation n’était pas très bonne, heureusement qu’elles sont allées là-bas une semaine avant. Pour qu’il y ait victoire, il faut qu’Alain Djeumfa compose avec les filles qu’il maitrise véritablement et je pense que l’effectif sera composé à 80% des joueuses évoluant en clubs professionnels notamment Ajara qui obligera Michelle Akaba à retourner sur le banc de touche parce que FAP n’a pas repris avec le championnat ou alors les matches de préparation. Il faudra aussi que les filles jouent collectif pour essayer de faire plaisir au public. C’est vrai qu’un peu de football champagne ferait aussi plaisir.

El JO 2020 : Attention au piège éthiopien !

El JO Tokyo 2020 : Les Lionnes qualifiés pour le troisième tour

Share This