Le règlement en matière de changement de la nationalité sportive a été assoupli lors du 70ème congrès de la FIFA tenu vendredi en visioconférence.

Le 70ème congrès de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a accouché d’une résolution qui devrait réjouir les nations africaines et leurs joueurs binationaux. En effet, l’instance faitière du football mondial a décidé d’assouplir le règlement lié au changement de nationalité sportive. Selon l’amendement voté, le fait pour un joueur d’avoir obtenu une sélection avec l’équipe A d’un pays donné ne constituera plus un obstacle au changement de nationalité sportive. Les joueurs séniors pourront maintenant le faire plus facilement, à quatre conditions : avoir joué moins de trois matchs avec sa première sélection ; être âgé de moins de 21 ans lors de ces premières apparitions internationales ; ne plus avoir été appelé en sélection depuis au moins trois ans ; ne pas avoir disputé de phase finale d’une Coupe du monde ou d’un tournoi continental (Euro, CAN, etc.) avec la sélection en question.

Une réforme profitable

Il s’agit d’une aubaine pour les binationaux africains qui ont souvent du mal à venir défendre les couleurs de leur pays d’origine, à cause d’une simple apparition de quelques minutes sous les couleurs d’un pays occidental. « Je pense que c’est tout d’abord une bonne chose pour les jeunes joueurs qui sont concernés par cette mesure, parce qu’il arrive parfois qu’un joueur de moins de 21 ans ait été sélectionné dans son pays européen, justement pour qu’il soit bloqué et qu’il ne puisse pas jouer pour le pays de ses parents ou pour celui où il est né. » S’est félicité Gernot Rohr, le sélectionneur du Nigeria, réagissant sur RFI. Un avis que partage Michel Dussuyer, le sélectionneur du Benin. « C’est une réforme qui est profitable aux sélections africaines, […] c’est un assouplissement, même s’il est très encadré et très limité. Ça laisse la porte ouverte à de jeunes joueurs qui voudraient rejoindre une équipe nationale et profiter des compétitions internationales, pour pouvoir vivre des moments forts. » A-t-il indiqué.

Plusieurs joueurs d’origines africaines devraient aussitôt bénéficier de cette réforme Portée par le président de la Fédération marocaine de football, à l’instar de Munir El Haddadi, le joueur marocain privé de défendre les couleurs de son pays d’origine à cause d’une apparition de 13 minutes en 2014 sous les couleurs de l’équipe d’Espagne. Le Belge Zakaria Bakkali et le Néerlandais Anwar El Ghazi pourraient aussi, s’ils le souhaitent, rejoindre les Lions de l’Atlas.

QUALIFS – CAN 2021 : La FIFA contraint la CAF à faire l’impasse sur le mois de Septembre

Crise Fécafoot – LFPC : La FIFA entre en scène

Share This