La victoire du Cameroun face à la RDC ne génère pas le même goût qu’aurait produit un match que les lions A’ auraient gagné sans ce scandale qui a précédé ce choc des quarts de finale. Les Lions A ont gagné mais l’image du football Camerounais qui n’est déjà pas très reluisante sur la scène internationale a été encore ternie par des maladresses qu’on aurait pu éviter. 

En battant proprement la RDC sur la pelouse du stade de Japoma samedi soir en quarts de finale, les lions A’ ont prouvé qu’ils n’avaient pas besoin de la tricherie qui défraie la chronique pour se qualifier. Il faut remonter à la source du feuilleton pour rappeler que avant ce choc, les léopards injustement décimés par le covid depuis le début du CHAN 2020, ont appris à la veille de leur match contre le Cameroun que 13 membres de leur délégation étaient encore positifs. Ce qui a eu le don d’irriter les responsables de la délégation congolaise dont le coordonateur Theo Binamungu, qui est monté au créneau pour accusé le Cameroun de« tricherie.»

Dans la foulée, les Congolais ont demandé une contre-expertise, dont les résultats sont tombés à quelques heures du coup d’envoi. Finalement, il n’y avait plus que trois cas positifs au nouveau coronavirus : les attaquants Karim Kimvuidi et Philippe Kinzumbi, et le kinésithérapeute Frédéric Masaro. Voilà qui est venu mettre à nu les maladresses du Cameroun et entaché la victoire acquise de haute lutte par Loic Ako Assomo et ses coéquipiers. Quoi qu’il en soit, cette victoire n’aura pas le même goût que si elle avait été acquise loin de ce scandale qui traine l’image du pays des lions indomptables dans la boue.

Milutin Sredojevic : “Le Maroc a une bonne équipe, mais nous avons un groupe”

CHAN 2020 : Les Lions A’ recevront une prime spéciale de 7 millions

Share This