La reprise de l’Elite One et de l’Elite Two n’aura plus lieu ce week-end comme initialement prévue par le Comité Technique Transitoire en charge du football professionnel. Les patrons des équipes réclament le déblocage des subventions de l’Etat destinées au paiement des salaires des joueurs et encadreurs des clubs professionnels.

Initialement programmée ce week-end, la phase retour des championnats professionnels du Cameroun ne débutera plus comme prévue. Réunis mercredi soir à Yaoundé, les présidents de clubs membres du Syndicat des Clubs d’Elite du Cameroun (SYCEC) ont décidé de mettre leur menace de suspendre leur participation aux championnats dès la fin de la phase aller, à exécution. Celle-ci était contenue dans le Communiqué final de l’assemblée générale du syndicat tenue le 2 janvier 2020 à Yaoundé. Les patrons des clubs professionnels conditionnaient leur reprise : au paiement des subventions portant sur la rémunération  des joueurs et encadreurs ; au paiement de la dotation relative au fonctionnement du football professionnel pour la saison 2019/2020 ; à la mise à la disposition des Clubs des infrastructures conformes aux championnats professionnels (stades gazonnés).

La sortie d’Aboubakar Alim Konate, président du CTT au cours de la conférence de presse qui a suivi la réunion organisée par son institution le jeudi 16 janvier 2020 pour faire le bilan de la phase aller, avait tendance à rassurer quant à la possibilité de trouver un accord avec les patrons des équipes professionnelles avant les dates fixées pour la reprise, c’est-à-dire le 25 janvier pour l’Elite Two et le 26 janvier pour l’Elite One.  L’opération « Stade mort » annoncée par Franck Happi et ses collègues est la preuve que les efforts déployés par la FECAFOOT via le CTT pour leur faire entendre raison se sont révélés vains. Encore que la FECAFOOT n’est pas en mesure de résoudre les problèmes soulevés par les clubs qui relèvent plutôt de la responsabilité de l’Etat.

Situation grave

« Nous avons voulu attirer l’attention des pouvoirs publics, le CTT pour leur dire que nous sommes dans une situation grave. Le SYCEC a fait un effort extraordinaire, les joueurs, les entraineurs ont fait un effort extraordinaire et il fallait quand même que cela s’arrête. Voilà pourquoi, nous avions dit que nous ne pouvons pas jouer », a indiqué Pierre Batamack, Président d’Avion Academie (Club d’Elite One) interrogé vendredi matin par Radio Equinoxe. Le Vice-Président du SYCEC rassure néanmoins que le championnat reprendra la semaine suivante parce que les choses semblent quand même bouger ces dernières heures.

Depuis les premières menaces du SYCEC, le gouvernement qui détient la solution aux problèmes soulevés par les équipes ne s’est  jamais exprimé officiellement sur le sujet. Dans le communiqué final de l’assemblée générale du 2 janvier, le SYCEC déplorait déjà l’attitude du Ministre des Sports et de l’Education Physique (MINSEP) et du Premier Ministre qui n’avaient jamais daigné accorder une suite favorable à leur demande d’audience, pour discuter des « périls menaçant le bon déroulement de nos championnats ».

Alim Konaté : « Les clubs sont pratiquement privés de recettes au stade pour cette saison »

Elite One – Two : le SYCEC fait plier le CTT

Share This