L’appel d’offres lancé par la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) pour la modernisation de cette infrastructure rencontre des critiques.

Construit sous l’ère Iya Mohammed, le Centre technique de la Fédération camerounaise de football basé à Odza, à la périphérie de Yaoundé sombre depuis, dans une obsolescence poussée. Du gazon synthétique de son terrain de football aux bâtiments qui l’entourent, tous ses équipements ont perdu leur attrait, au grand dam des amoureux du football.

La FECAFOOT ambitionne désormais de le remettre aux normes. En effet, un appel d’offres pour la modernisation de cette infrastructure vient d’être lancé par l’instance faitière du football camerounais. “Ces travaux visent à équiper ce centre des infrastructures permettant d’accueillir les équipes nationales dans le respect des normes internationales.” Renseigne l’institution dans un communiqué publié à cet effet.

Les travaux prévus pour durer 12 mois, comprennent notamment la construction des infrastructures suivantes : Hôtel des Lions et des Lionnes séniors ; Réfectoire ; Bâtiment administratif ; Local électrique et Bloc toilettes ; Guérite ; Bâtiment A ; Bâtiment B ; Clôture ; Voies et Réseaux divers (VRD). Les soumissionnaires sont invités à déposer leurs offres, au plus tard le 16 juin 2020.

Siège

L’appel d’offres publié par la FECAFOOT rencontre quelques critiques venant des acteurs du football. Pour certains, il aurait été plus judicieux de délocaliser ce centre plutôt que de le maintenir à Odza, localité déjà largement rattrapée par la ville de Yaoundé. D’autres s’interrogent sur le sort réservé au chantier du siège de la fédération toujours bloqué malgré les annonces qui se sont mulitpliées depuis l’arrivée du nouvel exécutif de la FECAFOOT, pour signaler la reprise et la terminaison des travaux. Lancer l’appel d’offre pour la modernisation du centre technique d’Odza sans au préalable avancer sur le dossier du siège est un choix que beaucoup peinent à comprendre. Parfait Siki, Chef de Département Communication à la fédération tente tout de même une explication. “Pour ce qui est du siège, sis derrière le palais des Sports de Warda, dont le gros oeuvre est à 80% les ressources pour son parachèvement ont été votées dans le budget 2020 de la FECAFOOT. Un appel d’offres est en dépouillement pour choisir une nouvelle société de construction pour remplacer Guimar. Mais il y a un contentieux avec l’ancienne entreprise des travaux qui bloque le parachèvement.” A-t-il indiqué dans une discussion.

Arrêt des championnats: la décision incohérente de la FECAFOOT

Dons FECAFOOT : L’ACFAC monte au créneau

Share This