Grand analyste de l’actualité du football Camerounais, Cauris Kuate réagit à quelques sujets vedettes relatifs à la crise dans laquelle le football national est enfoui depuis plusieurs mois à cause notamment du conflit qui oppose la fédération camerounaise de football à la ligue de football professionnel du Cameroun. 

Quelle analyse faites-vous de cet interminable conflit qui oppose la Fecafoot à la LFPC.

De prime abord, il faut dire que le football Camerounais est à l’agonie et les conséquences pourraient être plus graves que ce que nous observons en ce moment. Il faut dire que le football est embastillé dans une sorte de conflit généré entre la Fecafoot et la LFPC. Il faut également dire que la génèse de tout ceci c’est le non respect non seulement des statuts mais aussi des sentences. Si nous sommes là où nous sommes aujourd’hui c’est parce que tout est parti de septembre 2019 lorsque le comité d’urgence de la Fécafoot a décidé de suspendre la LFPC en violation de ses propres statuts. Cette suspension a été confirmée par le comité exécutif du 22 septembre 2019. Ce qu’il faut dire c’est qu’il fallait absolument que cette décision soit entérinée par l’AG de la Fecafoot du 17 octobre 2019 mais cela n’a pas été fait . Et c’était là effectivement le non respect des statuts de la Fecafoot qui stipule qu’en cas d’une prise décision par le comité exécutif de Fécafoot, elle doit être entérinée par l’AG. Cela malheureusement n’a pas été fait. Donc de plein droit, de façon naturelle, la ligue devrait en principe reprendre l’organisation du championnat du moment où sa suspension n’avait pas été entérinée. Au lendemain de cette AG, le Général avait fait un communiqué pour dire que voilà l’AG s’est tenue mais ma suspension n’a pas été entérinée. Donc, je reprend mon activité. C’est une guerre d’égos. Nous sommes dans un environnement où les gens parlent plus que les idées. Au lendemain de cette AG qui n’a pas entériné la suspension de la LFPC, on aurait pu simplement remettre l’organisation du championnat à la LFPC. Mais les gens étaient dans l’entêtement et le Général a saisi donc la CCA ensuite, le TAS où il a eu gain de cause. Les sentences du TAS sont d’application immédiate parce que quoi qu’on dise, le TAS est le summum en matière de juridiction sportive dans le monde. Dès lors que vous avez une sentence, vous devriez l’appliquer même si vous allez faire appel. C’est le minimum à faire parce que l’appel n’est pas suspensif. Nulle part dans le monde, on n’a vu une une fédération interpréter la sentence du TAS comme ça se fait au niveau de la Fecafoot. Ca ne nous honore pas. Vous voyez que tout le monde est dans l’embarras : la FIFA; la CAF et le gouvernement camerounais. Tout le monde est dans l’embarras parce qu’on ne comprend rien. Au niveau de la Fecafoot, on sait bien ce qu’on encourt en cas de non application de la sentence du TAS. On encourt une suspension parce que les propres textes de la FIFA sont clairs.

Quels commentaires faites-vous de l’ordonnance du TAS ?

Premièrement, l’ordonnance en termes clairs c’est une sommation. Le TAS veut dire à la Fecafoot qu’une sentence a été rendue et il faut l’appliquer. Deuxièmement, le TAS veut leur dire qu’il sait que vous avez fait appel mais sachez que l’appel n’est pas suspensif. Troisièmement, le TAS veut leur dire que tout ce que vous avez pris comme décision en retirant l’organisation des compétitions à la ligue est annulé. Donc vous avez l’obligation d’appliquer cette sentence. Cette sommation permet à la ligue d’organiser ses compétitions même s’il y a une procédure.

Que pensez-vous du communiqué de la Fecafoot relatif à l’ordonnance du TAS ?

On sait qu’à la Fecafoot, ils sont des jusqu’auboutistes. J’ai un vu un communiqué hier non signé de certains avocats qui estimaient que non l’ordonnance est arrivée d’abord par les réseaux sociaux alors qu’ils n’ont pas été informés de X ou Z. mais il y a eu un deuxième courrier du TAS qui nous montre qu’à la fédération, on est informés depuis le 18 que la LFPC a demandé telle chose. Je crois que par ces attitudes, on comprend que ce sont les gens qui n’aiment le foot. Ils sont là pour leurs propres intérêts. Ils ne pensent aucunement à la progression des footballeurs. Nous sortons de huit mois d’inactivité. Maintenant que partout dans le monde entier, on joue, au Cameroun, on pense qu’il est temps de créer des guerres internes.

Ligue 1 : 7e défaite d’affilée pour Moukoudi, Neyou et Saint-Etienne

Share This