Ce qui arrive au président de la CAF, Ahmad Ahmad, aujourd’hui était prévisible selon Cauris Kuaté. L’analyste sportif explique la chute du malgache et annonce aussi un probable déclin du clan Ahmad.

Comment analysez-vous la suspension d’Ahmad Ahmad par la FIFA ? 

Il faut dire que le foot est une grosse maffia. Aujourd’hui, on peut vous utiliser pour combattre X et demain lorsque vous n’êtes plus dans les bonnes grâces, on vous descend tout simplement. Il faut dire que ce qui arrive Ahmad sous réserve de l’appel qu’il a fait au niveau du TAS, n’est que la conséquence d’une gouvernance par embuscade. C’est la conséquence lorsqu’on accède à un poste de responsabilité en passant par des raccourcis. Ce qu’il faut dire c’est que lorsque vous arrivez à un poste de responsabilité sans avoir le poids, la poigne et la force nécessaire pour résister et répondre farouchement à certaines demandes, c’est très compliqué pour vous durer à ce poste. C’est ce qui arrive à Ahmad aujourd’hui. Il faut quand même dire que Ahmad remplace au niveau de la CAF un monument qui a fait 29 ans. Issa Hayatou pendant 29 ans n’a jamais été frappé par la moindre sanction après moult enquêtes. Issa Hayatou reste le seul africain à avoir géré la FIFA pendant une certaine période. Avec toute la maffia qu’on connait dans le football, il n’a jamais été déclaré coupable de quoi que ce soit. Si vous le remplacez par quelqu’un qui en moins de cinq ans est déjà frappé par une sanction comme celle-là, ça veut dire que quelque chose n’a pas marché. Pour renverser le monument Issa Hayatou, il fallait forcément passer par des canons peu orthodoxes. Quand vous procédez de cette façon, ça vous rattrape. C’est-à-dire que vous avez offert des cadeaux, vous en avez reçu. Vous avez offert des cadeaux pour convaincre de potentiels électeurs à rejoindre votre camp. Quand il le faisait à cette époque, c’était pour servir la FIFA. Aujourd’hui qu’il n’est plus dans les grâces de la FIFA, on l’a lâché. La génèse de cette affaire part de l’élection d’Infantino après la Fifagate qui a vu partir des monuments comme Sepp Blatter, Jérôme Valcke et bien d’autres. Le remplaçant naturel de Blatter c’était Platini. Malheureusement, il a été emporté par ces mêmes scandales. Lors de l’élection du président de la FIFA, Issa Hayatou a pensé qu’il fallait que l’Afrique soutienne la candidature du prince jordanien Ali. Mais comme il est difficile de parler d’une même voix en Afrique, Issa Hayatou a donné le mot d’ordre mais les autres ne l’ont pas malheureusement suivi. Et dès que Infantino a été élu son premier combat était de débarquer Issa Hayatou. Et pour le débarquer il fallait trouver quelqu’un. On savait qu’il y avait quelqu’un comme Jacques Anouma qui pouvait mais on l’a éliminé avant, on a fait un deal avec le candidat qui venait de l’Egypte. Et ce qui devait arriver est arrivé. Il y a eu comme on dit au quartier des coups au bas de la ceinture. Il faut rappeler que Constant Omari qui assure actuellement l’intérim était un soutien de Issa Hayatou. Mais à la veille de l’élection à Addis-Abeba, tout a basculé en 15 minutes. Tous ces gros soutiens de notre compatriote ont basculé du côté d’Ahmad. Avec cette sanction de la commission de la FIFA, les choses commencent à sortir. Tous ces gars n’ont pas basculé pour rien. Lorsque vous arrivez à un poste comme ça sans avoir la poigne pour gérer, le plus souvent, vous posez des actes incontrôlables. Ce n’est que sous l’ère Ahmad que nous sommes allés d’incohérence en incohérence dans les actes et les déclarations. On a vu une compétition où on a changé les règles du jeu alors que le tournoi était en cours. Je parle de la CAN 2019. Quand on change le format de cette CAN, les éliminatoires avaient déjà commencé. Nulle part dans le monde, on ne change les règles de jeu en cours de jeu. Vous lancez une compétition pour qualifier 16 équipes après vous dites qu’on va jouer à 24. Lorsque vous êtes président de la CAF, vous êtes un diplomate. Il faut tenir un langage diplomatique. Même ça Ahmad n’a pas. Voilà un monsieur qui va dire sur une chaîne de télé précipitamment que même avec 4 équipes, le Cameroun ne peut pas organiser une compétition. Un mois après vous venez dans ce pays dire qu’il n’y a pas de plan B. Quelques temps après, vous lui retirez l’organisation. Voilà autant d’incohérences qui ont entaché son mandat. C’est sous l’ère Ahmad qu’on a entendu le mot glissement. Vous savez très bien que lorsque vous êtes pays organisateur, lorsque vous avez pris l’engagement d’organiser une compétition et vous perdez l’organisation, vous êtes suspendu et vous payez une amende. Mais sous l’ère Ahmad, on n’a pas appliqué cette décision. Il n’y a pas eu de sanction mais plutôt un glissement. Ca a commencé à créer des frustrations au sein de la CAF. Certains ont parlé d’abus parce que à un moment donné, il ne référait plus à son comité. Il faisait un peu ce qu’il voulait et voilà les conséquences aujourd’hui. L’autre problème d’Ahmad c’est qu’il a voulu créer une rupture totale entre son équipe et l’équipe de Issa Hayatou. Quand il est arrivé à la tête de la CAF, la chasse aux sorcières a commencé. Il fallait absolument écarter tous ceux qui ont travaillé avec Issa Hayatou. Ca ne se passe pas comme ça. Ahmad a été très impatient, il s’est beaucoup précipité. Pour le passage des équipes à 24 à la CAN, il aurait pu le faire progressivement. Vous voyez que en Europe lorsqu’on décidé de passer à 24, on n’a pas fixé la règle pour la compétition qui suivait mais on a fixé pour 2016. Pour la coupe du monde, on projette une augmentation d’équipes pour 2026. C’est comme ça qu’on doit fonctionner.

Quelle est l’incidence de la suspension d’Ahmad Ahmad sur le football africain ? 

La première incidence c’est que l’image du football africain est traînée dans la boue. Ahmad est allé au TAS. J’espère qu’il aura des éléments probants pour sortir de là indemne et restaurer un peu l’image du football africain qui est actuellement ternie. Mais j’en doute parce que lorsque la chambre de jugement de la commission d’éthique de la FIFA prend une décision, elle le fait sur la base des preuves palpables. Au contraire, je pense que d’autres têtes vont encore tomber. Chez nous, on dit que le poisson pourrit par la tête. Quand la tête pourrit, tout le corps va pourrir. Quand on dit qu’il a reçu des cadeaux. Ca venait de qui ? Quand on dit qu’il a offert des cadeaux c’est à qui ? Vous pouvez être certain que c’est à certains membres du comité exécutif  de la CAF. Pourquoi ? Il faut aller savoir. Tout ce monde sera à coup sûr auditionné par la commission d’éthique de la FIFA dans les jours qui viennent et sera frappé par des sanctions. Donc cette affaire qui a commencé par Ahmad ne s’arrêtera pas là. Quand on a commencé la Fifagate, on se disait que c’était une affaire de Sepp Blatter. Non, ça a pris le président de la fédération brésilienne, panaméen… Ils sont tellement nombreux. D’autres ont même été arrêtés vous vous rappelez. Les images ont tourné en boucle en mondovision et tout le monde a vu. Donc l’image du football africain risque encore d’être plus ternie. Autre incidence : est-ce que le CHAN qui est prévu au Cameroun en janvier sera le même CHAN qui allait se dérouler sous l’ère Ahmad ? Comment va se dérouler la CAN 2022 qui est prévue au Cameroun sans Ahmad. Autre chose : le dauphin n’est jamais comme le leader même s’ils sortent du même moule. On peut faire le parallèle en politique où nous avons vu le président angolais Dos Santos travailler son dauphin et le positionner en croyant qu’il allait avoir une retraite paisible. Mais dès que le dauphin est arrivé, il a tout chamboulé. Il a commencé par arrêté son fils et à persécuter sa fille. Est-ce que celui qui remplace Ahmad aujourd’hui même s’il était son premier vice-président ou son fidèle collaborateur va continuer les œuvres exactement comme il aurait souhaité ? Il faut s’interroger. L’autre incidence c’est que les élections vont se passer sans Ahmad et même sans personne de son clan parce que cette sanction tombe quand on a déjà enregistré toutes les candidatures. Donc vous comprenez que aujourd’hui, même si Constant Omari avait des envies de se présenter, il ne pourra plus. Parce que le délai de dépôt des candidatures est déjà clos. On ne peut plus accepter les candidatures. Donc c’est une situation difficile et trop compliquée surtout pour le clan Ahmad.

Exclusif – Gérard Dreyfus : «Ahmad Ahmad mérite une suspension à vie »

Championnat D1 (FF) : Mike Ndoumou réagit à la large victoire de FAP contre Canon

Share This