Après la reprise des activités de l’académie nationale de football à Bagofit dans le département du haut-Nyong à l’Est du  Cameroun, Carl Enow Ngachu le directeur général de l’Anafoot fait le point de l’actualité de son académie.

Quel est votre sentiment après cette reprise ?

Il faut savoir que c’était difficile pour les gamins parce que ça fait longtemps qu’on n’a pas fait les regroupements à cause de la pandémie du Covid. Nous allons commencer à faire les tests et nous allons les évaluer. Nous sommes satisfaits parce que la technique est restée, mais sur le plan physique, on a du travail. Mais je crois que les chefs de pôles ont quand même fait ce qu’ils devaient faire. Nous sommes contents, le niveau est quand même appréciable. Mais on sent qu’il y a un manque de compétition. Ce que nous avons remarqué là, nous allons refaire le programme et le planning, pour ces jeunes.

Quels sont les résultats attendus ?

Notre but est de faire ce qu’on a l’habitude de faire. A partir de là, on compare les résultats. On s’est rendu compte que sur le plan physique, il y a certains qui sont restés performants et d’autres ont vraiment baissé. C’est vrai on n’a pas trouvé une grande différence. Mais dans l’ensemble, on continue le travail. Le but c’est ça. A la fin, on va se tourner vers le Directeur des programmes, pour pouvoir travailler à partir de 2021.

Comment se passe l’aspect éducatif ?

Il faut savoir que nous suivons tous nos enfants. Certains sans les lycées, d’autres dans les collèges, nous avons leurs résultats. D’ailleurs, nous insistons sur 12 de moyenne pour faire partie de l’effectif de l’Anafoot. Nous sommes satisfaits, beaucoup ont réussi leurs examens cette année. Je pense qu’on a un pourcentage de 80%, c’est une bonne chose. L’idéal était que nos enfants soient dans un centre, qu’on puisse les suivre quotidiennement, mais là, ils sont encore dans les régions. Donc on ne peut que travailler à distance; Parfois avec les proviseurs ou avec nos chefs de pôles qui vont un travail énorme. Ils vont dans les lycées et les collèges et nous font le rapport chaque semaine.

CHAN 2021 : Tara embrase les rues de Douala

Abel Mbengue : “Nous attendons le coup d’envoi du CHAN dans la sérénité”

Share This