Le capitanat en turn-over. C’est la formule choisie par Clarence Seedorf depuis son arrivée à la tête de l’équipe nationale du Cameroun, les Lions indomptables. En quatre rencontres, il en a déjà utilisé quatre. De Michael Ngadeu lors de sa première sortie face aux Comores à Karl Toko Ekambi hier face au Maroc en passant par Eric-Maxim Choupo Moting et Georges Mandjeck contre le Malawi.

Quelques fois, ses choix ont été dénués de toute objectivité. Le capitanat étant une institution dans toutes sélection nationale, l’homme qui l’incarne est censé satisfaire à plusieurs critères décisifs. Parmi lesquels: Autorité dans le jeu, charisme mais aussi responsabilité. Des qualités qui ont cruellement manqué à Karl Toko Ekambi désigné hier face au Maroc. Son impact dans le jeu a été limité pour ne pas dire inexistant. La preuve, c’est lui qui vendangeait l’une des occasions les plus dangereuses pour le Cameroun en balançant le ballon loin au dessus de la barre tranversale alors qu’il était servi seul au point de penalty.
Pour couronner le tout, l’attaquant de Villareal se faisait expulser après avoir écopé d’un deuxième carton jaune pour simulation.

De ces écarts et cette première défaite à la tête des Lions, l’ancien milieu du Milan AC doit tirer de bonnes leçons, au risque de conduire son équipe à l’abîme. Une introspection s’impose pour le technicien hollandais.

Maroc 2-0 Cameroun: Les Lions de l’Atlas brisent le signe indien

Maroc 2-0 Cameroun: Les notes des Lions

Share This