Débuts réussis pour les lions U17 ce lundi en ouverture de la première journée du groupe B de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 17 ans (Tanzanie 2019).

Steve Régis Mvoué et ses coéquipiers sont venus à bout de la Guinée U17 2 buts à 0, au bout d’un match maitrisé. Malgré la mise à l’écart de trois joueurs de son effectif (Tests IRM) à la veille du tournoi, Thomas Libiih a réussi à garder concentré son staff et ses joueurs à Dar es Salam. On a eu droit à une belle rencontre de football jeune entre la Guinée et le Cameroun. Après d’âpres débats en première période (soldés par des cartons jaunes de part et d’autres), les lions U17 vont rentrer aux vestiaires avec l’avantage au score grâce au but du milieu offensif Steve Mvoué à la 42ème minute de jeu. Les Guinéens vont revenir avec de meilleurs intentions pendant un quart d’heure, sans succès. A force de se découvrir, ils vont céder sur un contre du Cameroun. Sur un centre venu de la droite, l’avant-centre Leonel Wamba contrôle et réussit à l’aide d’un piqué, à battre le gardien de but guinéen (2 buts à 0, après 72 minutes de jeu). Plus rien ne sera plus inscrit par la suite. Les lions cadets s’imposent et lancent idéalement leur campagne tanzanienne.

Le quiproquo nommé IRM

Comme prévu, les joueurs mis à l’écart par la CAF n’ont pas pu prendre part à la rencontre. Sur la feuille de match, il y’avait la lettre N qui marquait leur inéligibilité. Samedi, veille de l’ouverture de la compétition, la Confédération Africaine de Football publie la liste des joueurs ayant été épinglés par les examens à l’imagerie (IRM). Dans la liste, on retrouve 3 lions U17 de Thomas Libiih. Le gardien de but Aliou Hendji (dossard 21), le milieu de terrain Arc-En-Ciel Mintongo Mpal (dossard 20) et l’attaquant Camal Moumbagna (dossard 2). Le test révèle que ces joueurs ne sont plus de cette catégorie (4 autres sélections ont été épinglées). Désormais le staff des lions cadets a 18 joueurs à dispositions pour disputer toute la compétition. La CAF n’a pas souhaité que ces joueurs incriminés soient remplacés, supposant que c’est un acte de tricherie. Comment en est-on arrivé là ? Pourtant, on se souvient que la FECAFOOT avait organisé des tests en interne pour éviter pareille situation. Comment ces 3 joueurs sont passés entre les mailles du filet ? La réponse à cette question  va jeter à coup sûr, le discrédit sur la gestion du football jeune au Cameroun.

Par Marc CHOUAMO

Mondial (F) 2019: les 26 lionnes retenus pour le troisième stage

Football: Les sélections nationales auront bientôt leur charte d’éthique et de déontologie

Share This