La Confédération africaine de football a décidé, lors de la réunion de son comité exécutif tenue jeudi le 21 novembre dernier, de changer la période de l’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations.

Un véritable retournement de situation de la CAF qui avait envisagé d’arrimer la CAN à la fin des saisons en Europe afin de permettre aux joueurs africains d’être tous présent. C’était une promesse de campagne d’Ahmad. Pour le malgache l’organisation de la CAN en janvier empêchait certains footballeurs africains évoluant en Europe d’y prendre part. Etant élu en mars 2017 à Addis-Abeba en Ethiopie, Ahmad ne s’était pas fait prier pour engager les réformes, notamment au niveau des compétitions. Au cours d’un symposium organisé à Rabat en juillet 2017, le passage de 16 équipes à 24 et aussi le décalage de janvier à juin -juillet pour l’organisation de la CAN ont été actés.

Cette réforme, en réalité, faisait suite aux pressions des clubs européens qui ne voyaient pas d’un bon œil les départs de leurs talents africains en Afrique pour participer à la CAN. Il fallait régler ce problème et renvoyer cette CAN en juin, ce qui correspondait aux fins de saison sur le vieux continent, comme le fait d’autres confédérations. C’est ainsi que pour la première fois, la CAN 2019 s’est tenue en juin-juillet en Egypte. La CAF s’est d’ailleurs félicitée de la réussite de cet événement, même si d’aucuns ont décrié l’absence des spectateurs dans les gradins.

L’influence de la FIFA ?

 Vu le satisfecit de l’instance faitière du football africain par rapport à l’organisation de la première CAN en juin, on se serait attendu qu’elle continuât sur cette lancée avec la CAN 2021 au Cameroun. Que non ! réuni jeudi dernier au Caire en Egypte, le comité exécutif de la CAF a fait volte-face. Elle a ouvert la porte à un changement de période. La raison étant trouvée dans le climat pluvieux qui prévaudrait au Cameroun en juin-juillet. « Qu’en raison des conditions météorologiques, les dates de la CAN 2021 seront décidées conjointement par la CAF et le pays hôte », a écrit l’instance panafricaine en charge du football. S’il est vrai que cette période coïncide avec la saison des pluies au pays des Lions Indomptables, l’on s’interroge sur le fait d’avoir accepté à Rabat en 2017, le passage de janvier à juin, pour après deux ans plus tard, modifier encore. Beaucoup y voient l’influence de la FIFA dont la secrétaire générale Fatma Samoura séjourne au siège de la CAF depuis peu au Caire.

En effet, l’instance faitière du football mondial avait pris la résolution, il y a un mois, de changer la date de l’organisation de la coupe du monde des clubs. Cette compétition passait de décembre à juillet, à partir de 2021 en Chine. L’Afrique devrait avoir trois représentants, puisque le tournoi s’est élargi à 24 équipes. Il paraissait donc presqu’impossible de tenir la CAN 2021 à cette période. C’est cette reforme de la FIFA qui aurait poussé les dirigeants à modifier la date de sa compétition mère. Puisqu’ils n’auront rien fait pour contraindre la FIFA à choisir une autre période. Désormais la CAN n’aura plus de période fixe. Une véritable reculade.

CAN 2021: Le septicisme de Patrick Mboma

CHAN 2020 : la date qui met la pression

Share This