Présent au Cameroun en fin septembre dernier pour une mission d’inspection sur les chantiers de la CAN 2021 où il était le chef de la délégation de la CAF, Constant Omari qui faisait aussi partie de la délégation de la CAF en visite de travail au Cameroun a profité de la conférence de presse donnée par le président de la CAF Ahmad Ahmad pour faire le point de la dernière visite de la mission d’inspection.

Le premier vice-président de la CAF a rassuré tout le monde sur la capacité du pays de Roger Milla à organiser la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations en 2021. Mieux, Contant Omari a vanté les infrastructures sportives du Cameroun. A l’écouter, il ne fait plus l’ombre d’un doute que le Cameroun sera le pays hôte de la CAN 2021. Il avait été à la tête de la dernière mission d’inspection de la CAF qui avait séjourné au Cameroun en fin septembre 2019. Le président de la fédération congolaise de football et la délégation qui l’accompagnait avaient pu noter des évolutions dans les différents chantiers devant abriter la prochaine CAN.

Face à la presse jeudi dernier à Yaoundé, il a fait valoir, comme Ahmad, son grand optimisme quant à l’organisation de la coupe d’Afrique des nations par le Cameroun. « Globalement je dirai que le rapport que nous avons fait au comité exécutif est que les choses avaient beaucoup avancé par rapport à ce qui avait été fait à l’époque, a révélé Constant Omari avant d’ajouter. Je crois qu’au jour d’aujourd’hui, il y a une entière satisfaction ». Avant d’afficher son satisfecit, le dirigeant de la CAF a indiqué, sur chaque site de la CAN 2021, les travaux qu’il restait à faire. De son propre avis, ce n’était pas grand-chose, dans la mesure où face à leurs inquiétudes, des assurances de corrections lui étaient données à chaque fois par le ministre des sports et de l’éducation physique Narcisse Mouelle Kombi, par ailleurs président du COCAN 20-21. « Nous avons, à Bafoussam, connu un problème entre les hôtels qui abriteraient les équipes et les lieux d’entrainement, notamment il y a deux hôtels dont le nom du quartier m’échappe, où nous avons souhaité, il y a un terrain juste devant ces hôtels, qu’on puisse l’aménager correctement pour que ça soit un terrain d’entrainement, au lieu de passer deux heures à l’aller pour aller s’entrainer, deux heures de retour après l’entrainement. Il y a des équipes qui veulent bien s’entrainer deux fois par jour. Nous avons appris, fort heureusement et agréablement, par la bouche autorisée du président du COCAN que cela a été retenu et que les travaux vont se faire effectivement sur le terrain que nous avons désigné », a affirmé Constant Omari. Le chef de la dernière mission d’inspection s’est dit heureux d’apprendre qu’un boulevard était en construction allant de l’aéroport pour le centre-ville de Yaoundé. Car selon lui, la route devrait être élargie pour gérer le flux de personnes qui viendraient pour cette fête du football continental.

Le premier vice-président de la CAF a magnifié la beauté du complexe de Japoma basé à Douala. « Je crois ce sera l’un des meilleurs et plus beaux stades d’Afrique », a-t-il avoué avant de dissiper les doutes sur les rumeurs d’un nouveau retrait de cette compétition au Cameroun en réaffirmant que le CAF n’avait pas d’agenda caché. L’instance faitière du football africain était plutôt heureuse que la CAN se déroule au Cameroun. A Ahmad de dire : « On est contents qu’après que le pays le plus titré ait organisé la première CAN à 24 équipes en 2019 et que ce soit le Cameroun, deuxième pays le plus titré, qui organise la deuxième CAN à 24 ». Et à son premier vice-président d’aller dans le même sens : « La CAF tenait à ce qu’elle puisse remettre au Cameroun, ce que le Cameroun a donné au football africain. »

Arsène Wenger : « Il est temps pour le Cameroun de se reveiller »

CAN 2021 – Ahmad Ahmad : « Le Cameroun a offert plus qu’il n’en faut en termes d’infrastructures »

Share This