Choupo Moting le grand perdant.

Les lions indomptables du Cameroun ont pris la tête de leur poule hier en battant difficilement la Gambie (0-1), 142 ème équipe mondiale; une nation qui n’a jamais participé à une phase finale de coupe d’Afrique. Si au final les coéquipiers de Stephane Mbia remportent les trois points de la victoire, il n’en demeure pas moins que de gros problèmes persistes au sein de l’équipe.

Un milieu de terrain sans créativité

Stéphane Mbia  comme à son habitude remplit parfaitement son rôle de récupérateur. Comme en club, il se loupe peu dans ses relances; sauf qu’étant assez bas dans son exercice de récupération, il a besoin de relais supplémentaires pour atteindre les attaquants. A ses côtés, Eyong, un joueur drillé lui aussi pour récupérer, connaît d’énormes difficultés à jouer vers l’avant. Selon les observations match après match, Volker Finke a choisi pour option de transformer Choupo Moting en meneur de jeu (10), ce qui ne lui réussit pas jusqu’ici. Benjamin Moukandjo et Edgar Salli sur les côtés, sensés secourir Eyong et Mbia dans le milieu de terrain peinent à le faire tout en assurant une présence offensive lucide. Quoi qu’il en soit, Volker Finke n’a toujours pas trouvé la bonne combinaison dans l’entre-jeu camerounais

Une attaque à 4 et des confusions de rôles

Individuellement, le grand perdant de ce système de jeu n’est autre que l’attaquant germano-camerounais Eric Maxim Choupo Moting. Entre demi 9, 10 et ailier, le très talentueux avant centre du Schalk 04 voit tous les jours ses performances et son efficacité se diluer dans un système flou. On peut comprendre l’obstination du sélectionneur à vouloir absolument aligner simultanément ses deux perles d’attaque Choupo et Aboubakar. Le joueur de Porto, sûr de lui, au caractère fort, prend de l’espace et s’accapare tout seul le poste d’avant-centre et le rôle de buteur qu’il décide d’assumer. Le jeune Choupo quant à lui, trop respectueux s’efface et pour se rendre utile, se défonce dans des tâches défensives pour soutenir son milieu de terrain. Dès lors, en phases offensives, il perd en lucidité, fait de mauvais choix et accumule des bourdes.

Comme l’expliquait notre consultant Yves Arroga, il y a un réel manque de transmission fluide entre le milieu de terrain et l’attaque non pas par manque de qualité des joueurs, mais par l’utilisation inadéquate de ceux-ci en fonction de leurs atouts. Volker Finke et son staff ont de quoi bosser car des changements, il en faut obligatoirement si on aspire à atteindre un quart de final de CAN. Dans cette configuration et ce mode de jeu, tous les observateurs sont unanimes, les lions indomptables seront incapables de battre la moindre équipe de niveau moyennement solide.

Can 2017; Gambie 0-1 Cameroun

Cameroun-Nigéria; la liste des 25 joueurs convoqués

Share This