Selon Jeune Afrique, la question n’était plus de savoir si Ahmad Ahmad allait libérer le plancher à la tête de la CAF mais plutôt par quel miracle il allait éviter sa chute. Au courant de de sa suspension depuis plusieurs semaines, le malgache préparait Samuel Eto’o pour assurer sa succession. 

La sanction de la FIFA n’a rien d’une surprise pour Ahmad Ahmad. Selon les informations de Jeune Afrique, le patron de la Confédération africaine de football (CAF) avait été informé dès le mois d’octobre du fait que le rapport interne de la Fifa ne lui était pas favorable. Il a alors su qu’il ne pourrait pas prétendre à sa réélection, en mars 2021, d’autant que Gianni Infantino lui cherchait déjà un successeur. Les deux hommes sont en délicatesse depuis l’arrestation d’Ahmad Ahmad en juin 2019, lors d’un congrès de la Fifa organisé en marge de la Coupe du monde féminine. Au courant donc de son éviction depuis plusieurs semaines, le malgache a donc tenté de déjouer les manœuvres du patron de la FIFA visant à lui trouver un successeur en jouant en vain la carte de Samuel Eto’o. Peut-on donc comprendre l’enjeu que représentait les multiples voyages effectués  depuis un moment par l’ancien capitaine des Lions Indomptables notamment au Tchad, en Mauritanie et au Sénégal. Faut-il se souvenir que le 10 mars 2017, SEF annonçait déjà la couleur. “Tenter autre chose à la tête de la CAF n’est pas une mauvaise idée”. 

Mercato : Ben Hamed Nassourou signe à Leganes

CAF : Issa Hayatou – Ahmad Ahmad, le revers de la médaille

Share This