A quelques semaines du début du CHAN 2021, Billy Houto analyse les chances du Cameroun. Pour le consultant sportif, le sélectionneur Martin Ndtoungou Mpilé opère des choix qui pourraient être préjudiciables aux Lions A’.

Pouvait-on avoir mieux que les 33 joueurs appelés par Martin Ndtoungou Mpile ?

Chacun peut avoir son analyse de la liste. Aucune liste ne peut faire l’unanimité. La preuve le coach Ndtoungou est arrivé et a opté de faire un break en appelant d’autres joueurs alors qu’il a été superviseur de cette équipe avant d’être nommé entraîneur. Il a une autre vision et il fait avec de nouveaux joueurs. Cumulativement, Yves Clément Arrga et lui ont utilisé près de 90 joueurs. Vous comprenez que le problème peut être ailleurs. Ce sont les mêmes critiques qui reviennent, on dénonce le casting , la manière de jouer. S’il faut néanmoins que je me prononce, je dirai que j’aurais souhaité voir Hervé Ngomo dans cette équipe en défense centrale. J’aurai souhaité aussi voir Etta Bawak qui est revenu de blessure et a repris avec son Coton sport de Garoua qui prend part à la Coupe de la CAF. Le retour d’Etame Ngombe qui n’avait plus été appelé, est une Bonne chose. J’aurais aussi souhaité voir Samuel Nlend qui est un leader technique et avec qui le coach Ndtoungou a disputé le Chan 2016. Etta Bawark et lui ont l’expérience de cette compétition. Mais le coach a décidé de faire avec les joueurs de son choix. Vous savez que Ndtoungou est quelqu’un qui a souvent été appelé dans des situations d’urgence et a pu faire des résultats plus ou moins satisfaisants. Il a décidé de prendre de grands risques, attendons de voir la suite.

Comment comprendre qu’un joueur comme Moubarak préfère la Tanzanie au CHAN ?

C’est une problématique assez difficile. Moubarak n’avait pas la certitude de disputer le Chan. Pour cette édition en période de pandémie de Covid-19, c’est 23 joueurs plus 10 réservistes. Il n’avait aucune certitude d’être parmi les 23 ou les 33. Cette incertitude a dû le pousser à aller voir ailleurs. La Tanzanie apporte mieux économiquement et apporte des conditions infrastructurelles adéquates. Après le départ du gardien Simon Omossola à AS Vita Club, l’ancien sélectionneur Yves Clément Arroga a menacé les joueurs, certains ont décliné des offres. Avec le départ d’Arroga, ils ne vont plus disputer le Chan. C’est une situation assez difficile. Et puis nous sommes dans un environnement compliqué où le championnat ne se joue pas. Vous ne savez pas quand il se jouera. En Tanzanie, on lui propose mieux que ce qu’il gagnait à Bamboutos de Mbouda, il a sauté sur l’opportunité. C’est vrai qu’il aurait pu patienter, jouer le Chan, avoir une meilleure visibilité et être attiré par un meilleur club, un meilleur championnat qui pourrait lui ouvrir un accès à la sélection A du Cameroun. Les informations en ma possession font état de ce qu’il avait des offres en France qui étaient en train d’être ficelées, mais il a choisi la Tanzanie où les choses étaient plus concrètes. Moubarak a fait son choix qui est compréhensible. Ce que je n’approuve complètement pas par contre, c’est qu’il soit parti sans dire au revoir à son club, ni à l’encadrement des Lions A’.

Qu’est ce qui manque aux Lions A’ pour avoir une équipe plus prometteuse ?

Il faut une préparation optimale. Il y a le Tournoi Pré – Chan qui va se jouer , l’entraineur a déjà son ossature. L’équipe va jouer trois matchs face des adversaires de “niveau Chan”. Au sortir de ces trois rencontres, on pourra dire si le Cameroun peut ou pas faire une bonne prestation au Chan. Mais vous savez que le Chan c’est aussi le baromètre des meilleurs championnats d’Afrique. Regardez simplement les sélections qui ont remporté ce Chan. Ce sont des pays qui font de belles prestations en compétitions africaines. Lorsque vous avez un championnat comme celui du Cameroun où personne ne sait véritablement quand ça commence où ça finit, avec des joueurs qui ont un niveau moyen parce que mal formés à la base, il est normal que nous n’ayons pas des prestations prometteuses au Chan. Je vous faisais remarquer que Yves Clément Arroga et Ndtoungou ont utilisé près de 90 joueurs et il y a toujours des choses à redire. Cela signifie que quelque part le niveau des joueurs est moyen. Et puis l’essentiel sort d’une période d’inactivité de sept à huit mois. On se retrouve en sélection à faire ce qui aurait dû être fait en club. Cela crée la difficulté d’avoir une équipe vraiment compétitive. L’entraîneur doit utiliser une baguette magique pour remporter le Chan. Ça ne va pas être évident.

Que pensez-vous de la convocation de Jacques Zoua ?

Objectivement, s’il fallait faire avec Jacques Zoua, ça devait être depuis. C’est un peu tard compte tenu de sa condition physique. Parce que les matchs de la compétition et les entraînements sont différents. Vous pouvez vous entrainer longtemps, tant que vous ne disputez pas de vrais matchs d’une certaine intensité, vous ne pouvez pas être au niveau. On jouera des matchs chaque trois jours. Donc l’intensité sera vraiment grande, pour un joueur qui n’a pas joué depuis. Je crois que c’est un gros risque de plus que le coach décide de de prendre. Décidément Ndtoungou ne fait que ça. Zoua c’est un joueur d’expérience, il a disputé la Ligue européenne des champions, il est champion d’Afrique 2017, il a joué avec les sélections jeunes. Sur ce point, nous pouvons compter sur lui, tout comme sur Yannick N’djeng qui est aussi là. Mais après physiquement ça va être difficile. C’est à l’entraîneur de voir comment il va tirer le maximum de Jacques Zoua. Mais j’aurais été à sa place que je ne l’aurais pas convoqué aujourd’hui, mais à l’avant dernier stage pour lui permettre de s’intégrer au plan technico-tactique. Peut être il va nous démontrer le contraire, c’est un joueur d’expérience qui peut beaucoup apporter parce que l’expérience est très importante. C’est parfois à ce niveau qu’il y a très souvent la différence entre les joueurs qui découvrent le haut niveau. C’est certainement à ce niveau que le coach a décidé de faire confiance à Zoua.

Lions A’ : Jacques Zoua, une bonne pioche pour les Lions A’?

Lions A’ : Des expériences à mettre à profit

Share This