L’analyste sportif camerounais décrypte pour Lion indomptable, la première sortie d’Antonio Conceiçao devant le public camerounais.

Bonjour Billy Houto
Bonjour aux lecteurs du Magazine Lion Indomptable

Que peut-on retenir de la toute première sortie d’Antonio Conceiçao et son équipe devant le public camerounais ?

Il faut dire que le public est rentré déçu parce que quand ce public vient au stade, il s’attend à voir les Lions gagner et avec la manière et un 0 but partout a été inadmissible pour lui. Il faut le rappeler, il est chauvin et il est constitué en majorité des supporters et des fanatiques. Donc, les lions nous ont habitués à gagner ici mais on a eu une rencontre terne et une mauvaise prestation de la part de la majorité de ces joueurs. Vous savez, vous pouvez tout enlever au Cameroun mais ne lui prenez pas son football. Et pour le public, quand il vient, les lions doivent gagner.

Quelles sont les raisons qui expliquent ces piètres prestations ?
L’une des raisons qui expliquent cette mauvaise prestation, c’est la préparation qui n’a pas été optimale. Vous savez, il y a des joueurs qui sont arrivés jusqu’à mardi soir. Vincent Aboubakar et Franck Mbambock sont arrivés mardi soir, ils ne se sont pas d’ailleurs entrainés. Maintenant, pour ceux qui sont arrivés bien avant, ils ont fait six heures de voyages, ce qui fait qu’en termes de récupération, ce n’est pas évident. Après six heures de voyage pour ceux qui évoluent en Europe et plus de six heures avec escale pour ceux qui évoluent en Chine, je pense à Christian Bassogog, ce n’est pas évident. Chacun sort de son horizon avec là-bas une culture tactique. Quand vous arrivez en équipe nationale, l’entraineur doit rapidement mettre sur pied une stratégie de jeu. En une heure 20 d’entrainement, ce n’était pas évident pour les lions de faire une bonne préparation… A côté de cela, il faut ajouter le fait que l’entraineur est nouveau. Il est venu trouver une équipe qui sort d’une prestation déplorable en Egypte avec des joueurs qui ne se sont pas encore entièrement remis sur le plan psychologique de ce qui s’est passé en Egypte. Il faut lui laisser un peu de temps pour pouvoir préparer son équipe. Je crois que c’est l’une des raisons pour lesquelles il disait qu’il va s’appuyer sur la prestation de ses joueurs lors de la rencontre face à la Tunisie parce que là au moins, le temps de préparation a été bon contrairement à cette fois-ci. Après maintenant, sur la pelouse, quelque part il y a eu un problème de transmission parce que l’état du terrain n’était pas bon. Les Lionnes ont joué le mardi soir, il fallait que les lions jouent le mercredi. J’ai d’ailleurs vu un cap-verdien après avoir manqué son tir se plaindre de l’état du terrain en montrant du doigt la pelouse à son coéquipier. J’ai compris qu’il lui expliquait qu’il a manqué son tir parce que l’état de la pelouse n’est pas bon. Après, le mec qui est assis dans les gradins ne comprend pas cela. Il est fanatique, il veut la victoire, et avec la manière. Je pense que voilà quelques raisons qui peuvent expliquer en partie, la mauvaise prestation des lions.

Quelle appréciation faites-vous du jeu des lions en lui-même ?

S’il faut parler de la rencontre en elle-même, les raisons que j’ai évoquées plus haut ne peuvent pas entièrement justifier la mauvaise prestation des Lions. Il faut rappeler que ces gars, ils sont ensemble depuis, c’est vrai qu’il y a des nouveaux qu’on injecte mais globalement, en majorité, quand vous regardez le onze entrant, c’est un groupe qui se connait depuis Hugo Broos. Donc, ça fait pour eux, deux campagnes de Coupe d’Afrique des Nations mais la prestation qui a été la leur mercredi n’est pas rassurante. A côté de cela, ce sont des professionnels, malgré les arrivées tardives, malgré le fait qu’ils ne se sont entrainés qu’une seule fois, il y a que vous êtes des footballeurs de haut niveau, il faut donc parfois à un moment vous surpasser. Mais ça n’a pas été le cas sur le terrain. La charpente d’une équipe, c’est son milieu de terrain. Quand vous avez deux joueurs au milieu de terrain qui ont passé le temps à garder le ballon, nous sommes sur une contre-attaque, Zambo Anguissa préfère casser le jeu et revenir en arrière, ça ne nous aide pas. Il n’y a pas eu de vitesse dans le jeu. Après, Kunde Malong, c’est des airs de sénateur, c’est des passes manquées, c’est des passes en profondeur manquées, c’est des mauvais amortis, c’est des replacements à un moment qui n’étaient pas bons, il est vraiment passé à côté de la rencontre, lui qui est un grand espoir. Après, si on passe par l’axe, ça ne nous apporte pas grand-chose, lorsqu’on décide de passer par les côtés, Fai Collins, un bon nombre de retraits mais combien sont arrivés à la bonne personne ? Pas vraiment. Il doit soigner encore sa qualité de retrait. A gauche comme à droite, la ligne offensive était absente, Christian Bassogog pas dans ses grands jours, Karl Toko Ekambi flamboyant à Villarreal mais avec les Lions, ce n’est pas ça, peut-être qu’il y a un problème d’animation, à quel poste devrait-il réellement jouer : sur les côtés ? Dans l’axe ? Donc, offensivement, on a été absents. Il y a aussi Moumi Ngamaleu qui s’égarait carrément. Quand on t’a parfois donné ta chance dans une équipe et que tu ne t’es pas souvent bien comporté, ce n’est pas bon. En Coupe des Confédérations, il jouait des fins de rencontres et il était moyen, contre le Nigéria, il était titulaire et il a joué 45 minutes après être passé à côté du match ; contre les Comores, il a été titulaire sous Seedorf et il est passé à côté du match et s’est fait remplacer après 45 minutes ; l’autre jour encore, il est titulaire, il passe à côté alors qu’il est bon en club, ce n’est pas bon. Là, on te cite trois entraineurs qui ont utilisé le même joueur mais ce dernier ne leur a pas renvoyé l’ascenseur, il ne s’est pas bien comporté, il m’a déçu. On ne sait pas s’il est frustré ou s’il y a la frousse. Pour moi, lui et Kunde Malong ont été les principaux maillons faibles de l’équipe. La possession a été stérile, il n’y a qu’à voir le nombre de tirs cadrés que nous avons pu nous procurer, même pas quatre. C’est une prestation à oublier rapidement. L’entraineur aussi, il a fait des remplacements. Après la 70ème minute, un entraineur lit une rencontre et réagit mais ses remplacements n’étaient pas judicieux. Vincent Aboubakar, il rentre, il est fatigué, physiquement, il n’est pas à son meilleur niveau aussi parce qu’il ne joue pas depuis. Gagago, il s’est battu comme il a pu. Il faut dire ici que globalement, ce n’était pas bon, rencontre à oublier. J’espère qu’on va rectifier le tir face au Rwanda.

Malgré ces manquements relevés, que peut-on avoir comme points positifs à l’issue de ce match ?

C’est vrai que tout n’a pas été mauvais. On fait un 0-0 contre le Cap-Vert c’est négatif, il y a des joueurs qui ne se sont pas surpassés, il y a des joueurs qui sont extrêmement moyens. J’ai parlé de Fai qui ne nous a pas aidés avec ses retraits sur les côtés, j’ai parlé de Kunde Malong, ce n’était pas ça, Zambo Anguissa qui jouait par à coup. A un moment, c’est bien, il nous aide, après, il casse le jeu, il garde le ballon quand il faut faire la passe, il y a un problème de timing… Après, sur la ligne offensive, Choupo Moting le capitaine qui est censé être le leader technique de cette équipe-là n’a pas pu tirer son équipe vers le haut. Offensivement, on a été absents, Christian Bassogog n’était pas dans ses grands jours. On a vu les défenseurs anticiper même sur des gestes qu’il devait faire. Malgré tout cela, tout ne peut pas être négatif. Il y a qu’on a eu un bon gardien de but, André Onana, une bonne défense centrale conduite par Ngadeu et Jérôme Onguene – c’est du bon et je crois que l’entraineur assure la continuité du match contre la Tunisie. J’ai vu une bonne défense centrale. On n’a pas marqué de but, c’était difficile, les remplaçants sont entrés, ils ne nous ont pas aidés mais j’ai vu une équipe solidaire, une équipe qui a poussé. C’est important parce que parfois lorsqu’une équipe ne marque pas, à un moment, on voit ses joueurs ne plus être solidaires, on voit les joueurs rentrer dans une sorte d’individualisme. Mais là, ce n’était pas le cas, ils se sont serrés les coudes, ils ont poussé, ça aussi, c’est positif pour la suite. Je l’ai dit, il y a un nouvel entraineur qui est là, il doit créer un esprit positif dans cette équipe.

Rwanda-Cameroun: les Lions se sont entraînés au Nyambirambo stadium

RWANDA – CAMEROUN : Ce sera sans Choupo-Moting

Share This