Invité surprise de l’année 2020, le coronavirus a occasionné d’énormes dégâts : championnats suspendus, report du Chan et de la CAN, décès des dirigeants du football, la liste des malheurs est longue. 2020 fut une année catastrophique et donc à vite oublier pour le football camerounais.

Le chapelet des malheurs causés par la pandémie du Covid-19 en 2020 est inestimable. Survenu à près de cinq journées de la fin du Championnat saison 2019-2020, le coronavirus a tout chamboulé. Commençons par la suspension du Championnat national de première division qui a occasionné le sacre précipité de PWD de Bamenda qui occupait la tête du classement. Deuxième au classement, Coton sport de Garoua, a décroché son ticket pour la Coupe des confédérations de la CAF en raison de l’impossibilité de faire  jouer la Coupe du Cameroun dans ce contexte sanitaire difficile.

Dans la même lancée, les compétitions des jeunes et des femmes sont bouclées avant le temps. Cerise sur le gâteau des surprises, le report du sixième Championnat d’Afrique des Nations en janvier – février 2021. Initialement, la compétition était censée se tenir du 4 au 25 avril dernier.

Ajoutez une cascade de disparition de plusieurs dirigeants et acteurs du football national, des suites de cette redoutable pandémie. Samuel Wembe, membre du comité exécutif de la Fecafoot; Léopold Mbida Essomba, président de la Foudre sportive d’Akonolinga ; Stéphane Semengue, ancien DG du Tonnerre de Yaoundé ; Dr Anastasie Akamba, médecin des Lionnes indomptables U17 et Dr Michel Motaze, ancien médecin des Lions Indomptables ont tous succombé à ce virus.

Les footballeurs locaux ne sont pas prêts à oublier l’année 2020 qui leur a fait voir de toutes les couleurs. Sans salaire et abandonnés, ils ont suffisamment croupi dans la déchéance sociale. Même l’intervention du Synafoc (syndicat national des footballeurs camerounais) n’a pu prendre la mesure de la situation ainsi que les modiques fonds covid alloués par la FIFA.

En somme, 2020 aura été une année hors du temps et herculéenne pour le football camerounais et les footballeurs au point où Joël Ndzana, sociétaire de la panthère sportive du Ndé s’est reconverti en cordonnier. Pendant plus de six mois, de mars à octobre, Joël Ndzana, le défenseur de 27 ans de Panthère du Ndé (Ligue 1 camerounaise) n’a pas touché un franc CFA de salaire, à cause de la crise sanitaire. Plutôt que d’emprunter de l’argent à droite ou à gauche, il a préféré travailler, en ouvrant un commerce de cordonnerie en plein air. Une expérience qui lui a permis de nourrir sa famille et qu’il n’hésiterait pas à renouveler. “Le championnat camerounais a été arrêté en mars. Mon club venait de me verser quelques arriérés de salaire. Mais à partir de fin mars, je n’ai plus rien touché. Le club n’avait visiblement plus d’argent pour payer ses joueurs. Je me suis retrouvé sans salaire – je gagne 180 € par mois – avec une femme au chômage et deux enfants”, explique-t-il.

Bilan 2020 : Carton presque plein pour les Lions Indomptables 

Bilan 2020 : Une année noire

Share This