“Il ne faut pas penser que nous sommes déjà au niveau de cette équipe ivoirienne”

Interrogé au cours de l’émission “La Tribune des Supporters” sur Radio Equinoxe, une chaine de radio basée à Douala, ce jeudi 11 septembre 2014, l’un des entraineurs adjoints des Lions Indomptables revient sur la brillante victoire du Cameroun face à la Côte d’Ivoire mercredi dernier en match comptant pour la deuxième journée des éliminatoires à la CAN Maroc 2015 dans le Groupe D.

Quelle leçon tirer de la rencontre Cameroun-Côte d’Ivoire, d’hier au Stade Ahmadou Ahidjo où les Lions se sont largement imposés 4 buts à 1 ?

Je voudrai déjà dire qu’il ne faut pas se leurrer, l’équipe de Côte d’Ivoire est au dessus de nous et malheureusement, comme chaque fois en football, on leur a tendu un piège et ils sont tombés dedans les pieds et la tête. Si vous l’avez bien observé, on a laissé le ballon aux ivoiriens et nous on procédait par contre attaque et je pense que c’est là où ils ont péché. Nous on comptait sur la vitesse de nos jeunes joueurs et ça a juste été un piège. Mais vraiment, il ne faut pas penser que nous sommes déjà au niveau de cette équipe ivoirienne, je crois qu’on a des jeunes qui doivent encore progresser et je crois, l’objectif, c’est qu’on se qualifie pour cette CAN qui va encore leur apporter un peu plus d’expérience.

En première mi-temps, on a observé que les couloirs des Lions étaient très perméables. Quel discours avez-vous tenu dans les vestiaires pour que la donne soit différente en seconde partie ?

C’est le problème que toutes les équipes nationales qui jouent à Mfandena ont parce que ce n’est pas facile pour ces jeunes joueurs sur ce stade là. En première mi-temps, ils étaient un peu crispés… nous on leur a dit simplement qu’ils ont eu 45 minutes pour voir qu’ils pouvaient jouer d’égal  à égal avec les ivoiriens. En première période, ils étaient complètement tétanisés et à partir du moment où ils se sont libérés en seconde période, ils ont fait leur jeu, ils ont été engagés, les gens sont descendus au milieu de terrain pour venir récupérer les ballons pour repartir en attaque et ça nous a valu ce que nous avons aujourd’hui.

L’heure de la séparation a sonné. Qu’est-ce qui a été dit aux joueurs au moment de leur dire au revoir ?

Nous avons tenu le discours à savoir qu’il ne faut pas qu’on s’emballe. Nous avons deux matches, deux victoire, il y a encore quatre match à jouer et l’objectif, c’est d’atteindre 12 points, donc, il faut gagner deux autres matches. Il ne faut pas qu’ils s’emballent, il faut qu’ils rentrent dans leurs clubs et qu’ils continuent à travailler et que le groupe était ouvert pour tous les camerounais qui sont encore en compétition.

Que prévoit la suite du programme pour les Lions Indomptables ?

Je crois que le programme prévoit que nous avons encore deux rencontres au mois d’octobre et deux autres en novembre. Donc, le stage d’octobre devra commencer le 5 ou 6 octobre.

Est-ce qu’on peut dire qu’aujourd’hui, entre vous et Volker Finke qui vous regardiez en chien de faïence, c’est une collaboration franche sur le banc technique des Lions Indomptables ?

Je pense que c’est des gens qui ont fait de notre premier contact une montagne. En fait, comme vous l’avez dit au début, moi, je suis quelqu’un d’entier et je n’ai pas apprécié le comportement du coach vis-à-vis de nous au Brésil.  Je lui ai dit ce que je pensais, lui aussi, il s’est expliqué. Avant même   qu’on ne nous nomme, je pense qu’on s’était déjà entendu, il est revenu, il m’a donné sa carte de visite et moi, je lui ai dit qu’en tant qu’entraineur au niveau du Cameroun, j’étais prêt à collaborer avec lui sans savoir même qu’on allait nous nommer. Donc, on n’avait même plus de conflit. Mais, ça n’exclut pas que si jamais, je lui manque de respect, qu’il revienne me le dire et que ce soit un peu tendu mais que s’il me manque aussi de respect, que je le lui dis. J’estime que c’est comme cela que les gens doivent vivre et je ne parle pas dans le dos des gens. Quand je suis fâché, je le montre et si jamais, je me fâche encore, je vais le montrer, je suis comme ça, je suis entier, c’est tout.

Alexandre Belinga, merci et bonne continuation chez les Lions sénior
C’est moi qui vous remercie et bonne soirée !

Cameroun-Côte d’Ivoire: Serge Aurier va mieux

Cameroun-Sierra Leone à Yaoundé en aller et retour

Share This