Le patron de Jeunesse Stars Footbal Club de Yaoundé et par ailleurs président de la Ligue département de football du Mfoundi s’insurge contre le choix des dirigeants du football camerounais de privilégier les acteurs du football professionnel au détriment des footballeurs amateurs en cette période de crise sanitaire causée par la propagation du Covid-19. Une orientation qui laisse transparaître des visées électorales.

Comment réagissez-vous à la décision de la FECAFOOT de venir en aide aux joueurs et encadreurs des clubs d’élite sans se préoccuper au préalable de la situation des acteurs du monde amateur ?

Nous on aurait voulu, pour que ça ne crée pas de polémique, que ce soit le CTT qui donnât cet argent parce que vous savez que la Fecafoot ne peut pas financer le football professionnel ou alors les joueurs professionnels. Tout le monde sait ce que c’est qu’un football professionnel. Dans un pays, c’est géré par une structure, fusse-t-elle la ligue. Tout ce qui entre dans les caisses de la Fecafoot est destiné au développement du football à la base, c’est-à-dire le football amateur et le football des jeunes. Nous sommes surpris qu’on nous dise que c’est vraiment pour les joueurs professionnels. On aurait encore voulu, qu’on dise que comme nous avons souvent pensé qu’il n’y a pas de football professionnel au Cameroun parce que les amateurs ne reçoivent aucune indemnité de leurs joueurs qui partent de leurs clubs pour les clubs professionnels. Donc, renverser la pyramide comme on l’a fait est une très mauvaise chose. Commencer une maison par la charpente est très délicat. Je ne sais pas si cette maison va tenir Donc, si la fédération avait un geste à faire, il aurait fallu qu’elle commençât par les clubs amateurs et les clubs des jeunes où il n’y a pratiquement aucune entrée. Leur seule rubrique, c’est la dépense. Maintenant que la FIFA a décidé d’octroyer 150 millions d’euros aux 211 associations, nous pensons que la Fecafoot  va rectifier le tir, après avoir pensé à son fonctionnement, ça il faut le dire parce que, il ne faut pas qu’on pense que les amateurs ne savent pas que c’est le fruit de leur travail qui fait fonctionner la fédération, qui gère les salariés de la fédération. Donc, après ça, il va falloir redistribuer cet argent intégralement au football amateur, surtout en cette période où les amateurs que nous sommes, les charges que nous avons sont les charges fixes. C’est les mêmes joueurs qui vous appellent tous les jours pour vous faire part de leurs difficultés et vous êtes obligés, tous les jours de leur faire des dépôts via des sociétés de téléphonie mobile, or il n’y a aucune activité actuellement. Donc, nous pensons au niveau de l’ACFAC que la Fecafoot a intérêt à rectifier le tir. Même s’il fallait urgemment prendre quelque chose dans les caisses de la Fecafoot, il fallait le faire en faveur des amateurs et football des jeunes et non en faveur d’un football qui est dit professionnel.

Quelle serait selon vous,  la meilleure formule à adopter pour venir en aide aux amateurs ? Dons en nature ? Dépôt dans les comptes des clubs ?  Dépôt directement dans les comptes des joueurs ?

Disons que d’après un club, tout ce qui est comme revenu généré par un joueur en activité dans ce club devrait passer par les comptes du club. Mais malheureusement, il a été prouvé que certains de nos collègues n’ont jamais voulu se mettre à la hauteur des présidents de clubs, c’est-à-dire que, par rapport à ce qu’on aura appris, lorsque les soi-disant salaires ou appuis des salaires que donnait le Gouvernement arrivent, nos collègues présidents des clubs professionnels s’en mettaient plein les poches. C’était pour eux, un soulagement financier qui arrivait. Or, nous on n’attend pas ça comme ça. Si vous êtes un président de  club, c’est-à-dire que c’est vous qui gérez vos joueurs, c’est vous qui dépensez, le jour où quelque chose arrive pour votre joueur, vous lui transmettez simplement ce qui est arrivé. Ça veut dire que si vous avez un enfant à la maison, le jour où l’enfant a une bourse, celle-ci doit passer par vous. L’enfant vient vous présenter la bourse et, certainement, vous ajoutez quelque chose dessus pour l’encourager, ou si vous n’avez rien à ajouter dessus, au moins, vous lui dites félicitations et vous lui remettez sa bourse. Ça a un peu gêné et ça fait qu’aujourd’hui, tout le monde est suspecté. Et pour éviter donc que tout le monde soit suspecté, ils peuvent évidemment demander les numéros de ces joueurs-là pour que l’argent atterrisse directement dans leurs comptes. Personne ne sera contre jusqu’au jour où les présidents eux-mêmes prendront leurs responsabilités en main pour comprendre qu’ils sont président et que ce ne sont  pas les 50 000 ou les 100 000 des joueurs qui font d’eux les présidents de clubs. A ce moment-là, on pourra commencer à virer ça dans les comptes des clubs pour que soit, on complète ou alors qu’on les redistribue. Sinon, comme depuis, il a été prouvé que les joueurs ne recevaient pas ce qui leur a été donné, c’est donc mieux qu’on leur donne ça directement. Encore que moi, par exemple, en tant que club amateur, c’est toujours moi qui ai donné aux joueurs. Donc, si quelqu’un veut donner aux joueurs sans passer par moi, ça ne me gênerait aucunement, sauf si le joueur et moi, on a un deal ou un prêt qu’il devrait me rembourser. En dehors de ça, je pense que l’argent doit directement passer par son compte. Et comme il n’y a pas ce genre de chose où vous pouvez prêter de l’argent à un joueur sachant qu’il va vous le rendre, il est mieux que cet argent soit directement viré dans les comptes de ces joueurs et qu’on prouve que l’argent a été viré dans le compte du joueur.

Qu’est-ce qui selon vous, pourrait avoir motivé le choix de la FECAFOOT de privilégier les joueurs professionnels au détriment des amateurs qui pourtant devraient être sa priorité ?

Nous, au niveau des clubs amateurs, jusqu’à présent, on le dit clairement : on n’a pas de football professionnel. Si on en a un, du moins, il ne remplit pas encore les conditions même du semi-professionnalisme. C’est-à-dire qu’une fédération n’a pas pour vocation de financer le football professionnel, quel que soit le montant d’argent qui entre, même si c’est l’argent du Mondial. Lorsqu’une équipe va au Mondial, lorsqu’il y a des rentrées, ce n’est pas pour le football professionnel. La Fédération a un rôle, la fédération a des objectifs. C’est le développement du football, le contrôle, son organisation, sa réglementation, sa pratique, elle le fait pratiquer par les amateurs, par les jeunes. Et la Ligue a aussi des missions bien définies : C’est de rendre ces clubs de plus en plus riches. Ces clubs mêmes ont des missions, c’est de chercher à s’enrichir car ils sont considérés comme des sociétés ; c’est de générer des bénéfices et dont un pourcentage doit être prélevé pour soutenir le football amateurs dans ces circonstances, comme en Allemagne où vous avez certainement suivi qu’il y a trois clubs qui ont décidé de verser plus de trois millions d’euros aux clubs amateurs. C’est de ça qu’il s’agit et je l’ai toujours dit : dans un pays, vous pouvez avoir le football amateur, sans football professionnel mais il n’y a aucun pays au monde où vous allez entendre qu’il y a le football professionnel, sans football amateur. C’est comme si vous vouliez construire une maison en décidant de faire la charpente, la toiture sans fondation, ce n’est pas possible, aucune maison ne tiendrait dans ces conditions. Jusqu’aujourd’hui, je l’ai toujours dit : à la Fecafoot, ça tourne autour des élections, tout ce qui se passe. Comment on peut prendre de l’argent pour donner aux clubs professionnels alors que cela ne leur appartient pas, s’ils sont vraiment professionnels. Comment ? Pourquoi ? C’est ça la raison. J’ai dit quelque part : qu’est-ce que le club professionnel perd lorsque ça ne se joue pas ? Qu’est-ce que le président perd ? Est-ce qu’il a les revenus TV pour dire que les revenus TV avaient déjà remis de l’argent et maintenant, les matches ne se jouent plus et il faut peut-être rembourser comme on dit en Europe. Non ! Est-ce qu’il y a une publicité autour du championnat ? Le championnat n’est pas sponsorisé. Qu’est-ce qu’on réclame donc ? Qu’est-ce qu’ils perdent ? Le président ne dépense que ce qu’il aurait toujours dépensé lui-même. C’est-à-dire qu’il est comme le président amateur. Tout ce qu’il dépense dans son équipe, c’est ce qui vient de sa poche. Ils n’ont pas de sponsors, c’est de sa poche qu’il dépense et qu’il va continuer à dépenser, c’est de ça qu’il s’agit. Moi, chaque jour, je suis obligé de faire des transferts à tous mes joueurs, jusqu’à ce qu’à un moment donné, je n’en peux plus lorsque certains m’appellent parce qu’effectivement, on me dit que j’ai atteint la limite mensuelle des transferts, avant dix jours. Je crois que cet appui devrait beaucoup plus être accordé au niveau du football amateur et au niveau du football des jeunes. Donc, si ce n’est les élections, quel est l’intérêt à ce qu’on s’occupe aussi des clubs professionnels en lieux et places des clubs amateurs ?

Christian Djimadeu : « Seidou Mbombo Njoya doit communiquer les dates probables de reprise des championnats »

Aide Fecafoot : les clubs amateurs à l’épreuve de la patience

Share This