Abandonnés à eux-mêmes depuis le début de la pandémie du Corona virus, la fédération camerounaise de football avait finalement décidé de leur venir en aide, comptant ainsi sur la subvention de la FIFA.

C’est à un véritable concours de patience que se livrent les clubs amateurs du Cameroun. Depuis le déclenchement de la pandémie du Covid-19, ils étaient abandonnés à eux-mêmes. La fédération camerounaise de football n’ayant d’yeux que pour le football professionnel. Il aura fallu crier comme des loups pour se faire attendre et attirer l’attention de l’instance faitière du football camerounais sur leurs souffrances en cette période difficile. La pression médiatique aura finalement poussé la FECAFOOT à se pencher sur leur cas.

 Un engagement d’appui leur avait donc été fait par la fédération. Contrairement à l’aide apportée aux clubs professionnels, la nature et la hauteur de leur appui ne sont jusqu’à présent pas dévoilés. Selon le responsable de la communication de la FECAFOOT Parfait Siki, l’aide aux clubs amateurs devrait être plus conséquente par rapport à celle des clubs professionnels. Il y avait donc qu’à se frotter les mains chez les amateurs. La subvention accordée aux fédérations membres par la FIFA était une autre bonne nouvelle qui devait en réalité accélérer le processus d’appui à ces clubs amateurs.

 La FECAFOOT ayant bénéficier d’une subvention de la FIFA s’élevant à plus de 250 millions de Francs CFA au titre d’aider aux clubs n’a toujours pas joint sa promesse à l’acte. « La FIFA a envoyé les subventions aux fédérations, et nous attendons encore ce que la FECAFOOT va nous dire. C’est sûr qu’ils ont ce dossier sur la table. Nous leur faisons confiance. Nous espérons qu’ils ont pris en compte le plaidoyer de l’ensemble des clubs amateurs du Cameroun », a indiqué Samuel Dalle, le secrétaire général du Cercle des présidents et promoteurs du football jeune. Ce retard de la FECAFOOT se justifierait par un autre dossier plus urgent qu’il faudra traiter, notamment celui consistant à statuer sur la fin ou non des championnats professionnels, comme nous confie une source proche de la fédération. Une autre source indique l’équipe du président Seidou Njoya est confronté à une équation à mille inconnues, eu égard du grand nombre des clubs amateurs. On dénombre plus de 900 clubs et la formule pour satisfaire tout le monde est encore recherchée. Entre temps les joueurs de ces clubs amateurs continuent de vivre des moments difficiles, en cette période marquée par la pandémie du Covid-19. « Beaucoup de nos joueurs sortent des familles difficiles et le poids pèse beaucoup sur nous les promoteurs. On doit jouer le rôle de père de famille et ce que nous attendons aussi de la fédération camerounaise de football », poursuit Samuel Dalle.  Le football amateur qui est le principal pourvoyeur du football professionnel traverse une période difficile, depuis belle lurette. La fédération camerounaise de football semble négliger ce pan de notre football pour s’intéresser au football professionnel. Pourtant les promoteurs des clubs amateurs se battent comme ils peuvent pour pouvoir animer le football dans les régions et les départements, avec le peu de moyen personnel dont ils disposent. « Nous ne demandons pas grand-chose, nous souhaitons être considérés », a conclu Samuel Dalle. L’instance faitière du football camerounais est encore attendue et devrait prendre l’appui aux clubs amateurs en urgence, ce d’autant plus que la subvention de la FIFA est d’ores et déjà disponible.

Akoue Epie Domingo (président de club) : « La FECAFOOT a intérêt à rectifier le tir »

Samuel Dalle : « il sera difficile qu’ils trouvent une autre excuse à l’encontre des clubs amateurs »

Share This