À l’émission “l’Arène ” sur les antennes de Canal 2 dimanche, le président d’Étoile Filante de Garoua a démontré que les fonds utilisés pour financer ses nombreuses procédures devant les juridictions sportives proviennent des cotisations des membres de l’ACFAC.

Abdouraman Hamadou Baba, le président d’Etoile filante de Garoua était l’invité de l’émission “l’Arène ” dimanche soir sur les antennes de Canal 2 International. Le prétexte de son invitation a ce programme culte était le dernier verdict des arbitres de la Chambre de Conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun  (CNOSC) qui se sont déclarés incompétents à statuer sur la requête de l’Association des clubs de football amateurs du Cameroun  (ACFAC), sollicitant l’annulation du processus électoral ayant conduit Seidou Mbombo Njoya à la tête de la fédération camerounaise de football  (FECAFOOT). Une décision surprenante alors qu’Abdouraman et sa bande avaient habitué le public et leurs fans à la victoire devant cette juridiction.

Lorsque l’un des intervieweurs a voulu savoir d’où provenaient les fonds qui permettent à  l’ancien Directeur de cabinet de l’ancien président de la FECAFOOT, Iya Mohamed  de financer les nombreuses procédures devant les juridictions sportives, ce dernier a clairement indiqué cet argent  était le fruit des cotisations des membres de l’ACFAC. Et pour  le démontrer, il a évoqué un chèque d’un million de Francs CFA que l’ancien lion indomptable Joseph Antoine Bell “connu comme quelqu’un de dur” lui avait signé pour la procédure en vue de l’annulation du processus ayant abouti en 2015 à  l’élection de Tombi A Roko Sidiki.  D’un ton passablement  ironique, le président d’Étoile Filante de Garoua a pensé qu’il lui fallait scanner ce document pour le conserver comme un précieux souvenir dans son “album”.  Ce geste de Joseph Antoine Bell qui, on dirait, s’illustre plutôt  rarement dans ce genre d’investissement  est certainement venu lui rappeler l’ultra importance de la cause qu’il défend. Un appui qui aurait doublé sa motivation et qui l’aurait  aidé à aboutir à la fin “heureuse ” qu’il avait connue dans cette affaire.

Affaire Fecafoot-ACFAC: La CCA déclare son incompétence

ACFAC : Le Droit ou rien !

Share This