Pour le journaliste Achille Foumena, la FIFA n’a joué franc jeu dans la correspondance qu’elle a commise au sujet du conflit qui oppose la Fecafoot à la LFPC.

“Je pense que la FIFA n’a pas aidé les deux parties. La correspondance de Véron Musengo est pleine d’ambiguïté et prête le flanc à diverses interprétations. Je ne comprends pas pourquoi la FIFA n’a pas clairement pris position en indiquant à qui revient le rôle d’organiser les championnats d’élite au Cameroun. Il y a comme une sorte de refus de d’assumer et ça nous emmène dans une impasse. La FIFA semble avoir pris une mesure conservatoire en demandant à la Fecafoot de reprendre les championnats interrompus, même si on ne sait vraiment de quel championnat il s’agit, en attendant de trouver une solution définitive. A mon avis, l’arrivée d’une mission de la FIFA au Cameroun pour évaluer d’une manière beaucoup plus sérieuse la crise qui mine le football camerounais est est une sorte de stratégie en trompe l’œil. A quoi va-t-elle vraiment servir si entre-temps les compétitions sont lancées ? Si la Fecafoot reprend l’organisation des compétitions et que l’issue des concertations est favorable à la LFPC, la FIFA pourra-t-elle délester la Fecafoot des compétitions sur lesquelles elle s’est investie pour en confier l’organisation à la Fecafoot et inversement. Il était beaucoup plus logique à mon avis que la FIFA trouve une solution définitive à ce conflit avant de donner le quitus à une quelconque partie de reprendre les compétitions. Le Cameroun doit rétrocéder les infrastructures à la disposition de la CAF le 15 décembre. Donc dans moins de 4 semaines. Démarrer les compétitions locales servira-t-il vraiment à quelques choses ?  A mon avis, il n’y a plus urgence de démarrer avant la résolution définitive du conflit.”

Arta Solar7 : Alexandre Song a passé la visite médicale avec succès

John Bosco Nchindo (PWD) : “Le match n’a pas été facile”

Share This