Depuis quelques années, l’Association des Clubs de football amateurs du Cameroun (ACFAC) se présente comme un véritable empêcheur de tourner en rond, face aux dirigeants de la fédération camerounaise de football, qui prennent des libertés avec les lois et les statuts qui régissent le football camerounais.

Ces dernières semaines, l’Association des Clubs de football amateur du Cameroun (ACFAC) a encore fait parler d’elle, à travers un nouveau procès contre la Fédération camerounaise de football à la Chambre de Conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité National olympique et sportif du Cameroun (CNOCS). Une nouvelle fois, l’organisation dirigée par Henri Balla Ongolo sollicitait l’annulation du processus électoral ayant conduit Seidou Mbombo Njoya à la tête de l’instance faitière du sport roi camerounais. Mais cette fois-ci, le juge n’est pas allé dans le sens souhaité par l’organisation en se déclarant incompétent pour statuer sur cette affaire. « Un déni de droit » selon l’ACFAC qui entend contester cette décision auprès du Tribunal arbitral du Sport (TAS), à Lausanne.

Depuis sa création dans les années 2008, cette association s’est donné pour principale mission, de défendre les intérêts des clubs amateurs, principaux acteurs du football mais bien souvent bâillonnés par les dirigeants de la fédération. « Notre combat a commencé dans les régions. Mais à chaque fois au niveau de la Fecafoot, l’on nous demandait si les problèmes que nous posions étaient généraux à toutes les régions. C’est ainsi que nous avons décidé de nous rassembler pour mieux défendre nos droits », explique Akoué Epie Domingo, trésorier de l’association à Lionindomptable.

Selon les statuts adoptés le 12 juillet 2014, l’ACFAC a entre autres pour buts de : regrouper les clubs de football amateur en association ; améliorer leur organisation sur le plan administratif et technique ; protéger leurs intérêts. « La fédération est l’émanation des clubs. Nous nous sommes constitués pour préserver nos intérêts… Nous qui mettons notre argent dans le football ne pouvons pas accepter qu’on piétine les lois et les statuts. Un jour, les dirigeants comprendront que c’est pour l’intérêt général que nous nous battons »,  assure notre interlocuteur.

L’ACFAC revendique plus de 500 membres à travers l’ensemble du territoire national. A chaque fois que les dirigeants du football camerounais prendront des libertés avec les lois du Cameroun et les statuts de la fédération, Abdouramane Hamadou et ses camarades promettent de s’interposer sur leur chemin.  Et les exploits de cette association dans cet exercice qui lui colle désormais à la peau sont déjà nombreux. L’annulation   de l’élection de l’ex comité exécutif de la FECAFOOT dirigé par Tombi A Roko Sidiki reste dans toutes les mémoires.

Michel Ezola

Bureau de l’ACFAC

Président : ​​​BALLA ONGOLO HENRI​​​​

1er Vice-Président : ​​MBIGHA FELIX

Vice-Président : ​​DJOUBAIROU BOUBAKARY

Vice-Président : EBOUMBOU JEACQUES MARCEL

Vice-Président : NDEDI MBENGUE FRANCOIS

Vice-Président : NANA SALENG NGOGAND

Vice-Président Conseiller : ZE AKONO HONORE

Secrétaire Général : ​HAROUNA ​​

Secrétaire Général  Adjoint :​ KARH NANGOH CHARLES

Trésorier Général : ​AKOUE EPIE DOMINGO

Trésorier Général  Adjoint : ​BAYERO

Conseiller : ​​​Hon. BRIGITE MEBANDE

Conseiller :​​​ SM. BIKAI NDONG ALBERT

Conseiller :​​​ WAMBA PETIT MICHEL

Conseiller :​​​ Hon. CELINE EKO

Conseiller :​​​ DAHIROU DJINTOING

Conseiller : NDJINOU HANS

Cellule Communication : Mme UFEI NSEKE.

 

 

 

Affaires FECAFOOT: Le geste de Joseph Antoine Bell qu’Abdouraman n’oubliera jamais

CCA : Seidou Mbombo Njoya peut retrouver le sommeil

Share This