L’ancien international camerounais Modeste Mbami a décliné l’offre de sa nomination comme Team manager des Lions Indomptables A’.

Nommé Team manager de la sélection nationale A’ le 15 novembre dernier par le président de la fédération camerounaise de football Seidou Mbombo Njoya, Modeste Mbami a, à travers, une note diffusée sur la toile décliné cette offre. L’ancien milieu de terrain du Paris Saint Germain a relevé les éléments qui l’ont conduit à la décision de botter en touche cette nomination.

Il a surtout évoqué le fait que les anciens Lions Indomptables portés à de telles responsabilités ont, pour la plupart, eu maille à partir avec ces postes. « Vu, le fait que certains anciens footballeurs ont bien avant moi été nommés et ont toujours subi les humiliations dans l’exercice de leurs fonctions, ce qui a toujours conduit à leur limogeage sans façons », a-t-il écrit. Un argument qui tire son pesant d’or dans la dernière actualité chez les Lions Indomptables cadets où son ancien équipier Lucien Mettomo a été débarqué de son poste de Team manager, après la coupe du monde U17 au Brésil. Bien avant lui, Alphonse Tchami a été chassé des Lions séniors sans façons.

Ce phénomène touche également les anciens footballeurs qui occupent les postes d’entraineurs ou sélectionneurs en équipes nationales. On peut s’interroger sur le limogeage de Thomas Libiih, après la coupe du monde U17, qui, pourtant avait permis au Cameroun de remporter son deuxième sacre continental dans la catégorie, 16 ans après. Alioum Boukar, champion d’Afrique 2000 et 2002 fut, sans ménagement, éjecté de son poste d’entraineur des gardiens de but chez les Lions Indomptables séniors. Nul doute que Rigobert Song connaisse le même sort, après le fiasco de la CAN U23 en Egypte.

L’autre aspect soulevé par Modeste Mbami est le fait qu’il n’ait pas été consulté avant sa nomination. « A travers les réseaux sociaux, j’ai appris par décision no060/FECAFOOT/PDT/2019 du 15 novembre 2019 ma nomination au poste de team manager de la sélection nationale masculine de football A’ », a mentionné le héros du match Cameroun vs Brésil des jeux olympiques de Sydney 2000, en première ligne de sa note. Cette mauvaise démarche est monnaie courante chez les dirigeants fédéraux qui sacrifient l’élégance d’informer le principal concerné avant la diffusion de l’acte de nomination. Pour eux, la nomination est perçue comme une récompense, mais seulement la suite est généralement ténébreuse avec l’absence de contrat et des limogeages aux relents d’humiliation. Modeste Mbami a pris le temps d’observer et parvient à la conclusion que les changements d’homme dans nos sélections nationales ne porteront jamais de solution à notre football qui gît toujours dans l’amateurisme. La mise sur pied des conditions favorables de travail, encadrées par des contrats dûment signés permettront certainement aux hommes choisis d’être beaucoup plus efficaces. Ce refus du médaillé d’or des JO de Sydney 2000 d’accéder au poste de Team Manager est un acte de bravoure qui est rare dans le microcosme sportif camerounais. Il met à nu les dysfonctionnements qui ont trop souvent encadré les nominations des anciens footballeurs camerounais.

Rwanda – Cameroun : Les Tops et les Flops

Sélections nationales : la nomination des anciens Lions en question

Share This