Le vainqueur de la Coupe du Cameroun 2019, Stade Renard de Mélong et le champion du Cameroun, UMS de Loum ont été éliminés dimanche, respectivement en Coupe de la CAF et en Ligue des Champions.

Ceux qui avaient rêvé d’une revanche de Stade Renard de Mélong à domicile, à l’occasion de la manche retour des préliminaires de la Coupe de la CAF, n’avaient certainement pas mesuré de la taille de l’adversaire que le vainqueur de la Coupe du Cameroun 2019 avait en face. Victorieux au match aller à la maison (2-0), le Daring Club Motema Pembe n’a eu aucune difficulté à conserver ses acquis dimanche après-midi au Stade Omnisports de Limbe. Le club camerounais n’a déployé aucun véritable  argument susceptible d’inquiéter les congolais qui, au contraire se sont baladés. N’ayant pas eu besoin de beaucoup de temps pour imposer sa suprématie,  le DCMP menait déjà 2 buts à 0 à la mi-temps grâce à Junior Kobe Abu (14e) et Doxa Gokanji (31e).   

Incapable de réagir, les poulains de Bertin Ebwelle auront subi toute la rencontre dans un stade de Limbe qui sonnait creux.  Dur apprentissage pour l’équipe de Jean-Rigolo Kuete qui encaisse un 4-0 sur l’ensemble des deux matches.            Envisager un scénario différent aurait été tout de même paradoxal pour le jeune club du Moungo qui n’aura véritablement rien fait pour mériter la qualification. L’on se souvient que c’est à quelques jours du match aller que l’équipe débutait les entrainements.

A cause des difficultés financières (ils attendaient tout de l’Etat), ils ont dû regagner Kinshasa avec du retard, ce qui obligeait la Confédération africaine de football à repousser la rencontre d’un jour (le 12 août). De retour au Cameroun, les dirigeants de cette formation, comme s’ils avaient capitulé, n’ont pas montré les signes d’une bonne préparation du match retour. Une bonne méthode aurait impliqué par exemple l’organisation d’un stage externe dès le retour du match aller à Kinshasa. L’effectif déjà très pauvre en qualité et en quantité est resté dans sa base à Mélong où il s’entrainait comme d’ordinaire. Tenu en échec à l’aller à Yaoundé par AS Vita (0-0), UMS de Loum qui avait les faveurs de quelques  pronostics n’a pas surpris son adversaire comme on l’espérait, au match retour. Les congolais auront tout de même souffert avant d’inscrire l’unique but précieux en seconde mi-temps.

Ainsi disparait précocement le nom du Cameroun sur la scène continentale cette saison.  Pour aider le pays à reconquérir l’indice CAF qu’il mérite, les clubs camerounais  devraient apprendre à être ambitieux jusqu’au bout. Gagner la Coupe du Cameroun ou le championnat relève d’une ambition noble. Mais le prétendant doit garder à l’esprit qu’un tel exploit induit une grosse responsabilité, celle de défendre l’image du football camerounais sur la scène continentale. Ne pas s’y  préparer ou alors, bâcler la préparation parce qu’on ne compte que sur les moyens promis par l’Etat ne ressemble pas à une attitude responsable. Ce manquement se déplore surtout chez les clubs unipersonnels dont les dirigeants généralement mus par le désir de se positionner sur le plan politique ou ailleurs, ne ménagent aucun moyen pour arracher des lauriers sur le plan national. Et la suite, ils n’en ont cure.  

Socrate Kennedy

Emmanuel Mbankolo : « Les chances de l’UMS sont intactes »

CAF LIGUE DES CHAMPIONS : Eliminée, UMS de Loum crie à l’injustice

Share This